Autriche : "Le sport n'est pas bon pour les femmes", selon le vice-président de la communauté islamique autrichienne

Autriche : “Le sport n’est pas bon pour les femmes”, selon le vice-président de la communauté islamique autrichienne

24/06/2011 – 08h00
VIENNE (NOVOpress) – Une vague d’indignation parcourt l’Autriche. Son objet ? Les déclarations ‘sur les femmes et le sport’ de M. Ahmet Hamidi, vice-président de la Communauté religieuse islamique (Islamischen Glaubensgemeinschaft – “IGG”), prononcées lors d’un débat à Wiener Neustadt (Basse-Autriche) il y a quelques jours.

Alors qu’une question était posée par le public au sujet des leçons de natation pour les jeunes filles musulmanes, M. Hamidi a répondu : “trop de sport n’est pas bon pour le corps féminin, cela est clairement établi : (…) des troubles hormonaux et une diminution de la densité osseuse en sont le résultat.” Détail qui cloche : Ahmet Hamidi n’est pas seulement le vice-président de la Communauté religieuse islamique, c’est aussi un médecin respecté et un inspecteur technique de l’instruction religieuse islamique au sein du Conseil scolaire de Vienne.

Ahmet HamidiLes réactions du corps enseignant autrichien, et plus spécifiquement viennois où exerce Ahmet Hamidi, ne se sont pas faites attendre : “Nous ne remettrons jamais en question le principe d’égalité des sexes. Et cela doit être compris et appliqué par M. Hamidi”, a affirmé Susanne Brandsteidl, présidente du Conseil scolaire. Christian Gäbler, qui compte parmi les grands noms de la médecine du sport en Europe, a parlé plus crûment de “conneries”. “Le sport est essentiellement sain – même pour les os. Seul certaines réserves peuvent être émises dans le cadre du sport professionnel qui peut présenter des risques”.

“Petits seins”

Faisant machine arrière dès le lendemain, il revient pourtant à la charge : “L’activité physique occupe une place très importante dans l’islam, mais les femmes ne devraient pas exagérer, beaucoup de sport les conduit à avoir de petits seins, provoque un dérèglement hormonal et la pousse de poil sur le corps.” Grand nageur, Ahmet Hamidi ne s’est tout de même pas opposé aux cours de natation pour jeunes filles musulmanes : “Si les filles ont atteint un certain âge, elles doivent faire du sport sans se mélanger aux garçons.” Une opinion partagée par le président de la Communauté religieuse islamique lui-même : “Ceci est conditionné par la religion Quand les filles sont à la puberté, elles ne sont plus autorisées à nager avec les hommes. Sauf si elles sont complètement habillées…”.