Assad Abou Khalil : « La couverture médiatique de la situation syrienne ? Sensationnel et propagande »

28/06/2011 – 10h30
PARIS (Info Syrie) – Voici la traduction d’un texte paru sur le blog d’Assad Abou Khalil, citoyen libano-américain et professeur de sciences politiques à l’université de l’État de Californie. Dans ce texte, Assad Abou Khalil, tout en affichant clairement son opposition au régime syrien, revient sur les falsification des médias occidentaux sur la Syrie, et tente d’analyser les raisons de cet aveuglement ou de cette mauvaise foi. Il s’efforce de faire la part des choses entre les diverses propagandes, et reconnaît le soutien de « beaucoup de Syriens » au pouvoir de Bachar al-Assad. Il met en lumière aussi le rôle-moteur de la chaîne qatari Al Jazeera dans le travestissement des faits.

TRIBUNE LIBRE : À propos de la couverture médiatique des événements de Syrie

Le traitement médiatique occidental (y compris qataro-saoudien) de la crise syrienne est prétexte au sensationnel et à la propagande. Voilà comment procèdent les journalistes : ils tirent (de façon consciente ou non) leurs informations à partir des déclarations et de la rhétorique des gouvernements occidentaux. Ils l’ont fait pour la Libye et continuent de le faire avec la Syrie. Nous constatons aujourd’hui le « succès » des bombardements de l’OTAN qui étaient censés donner la liberté au peuple libyen. Alors que le dictateur est toujours en place, et qu’un conseil islamiste réunissant escrocs et demi-escrocs (sans parler d’inconnus) a été mis en place pour défendre les intérêts des compagnies pétrolières et des sionistes occidentaux.

Je parlais du discours de Bachar al-Assad l’autre jour, disant comment il était décevant. Comment il continuait de nous accabler de détails à propos de ses promesses de comités sans offrir de changements concrets ni seulement remettre en question le droit de sa famille à gouverner la Syrie apparemment pour l’éternité. Dans ce discours, il comparait la conspiration contre son pays à des « germes », et la presse occidentale – en tout cas les journaux britanniques depuis que je suis à Londres – a aussitôt traduit qu’il assimilait les manifestants syriens à des « microbes ». Robert Fisk (journaliste anglais, correspondant du journal britannique The Independant au Proche-Orient, NDLR) a donné une analyse caricaturale, ironisant sur les prétendues conspirations au Proche-Orient (ici Fisk est sur la même longueur d’onde que Daniel Pipes – éditorialiste en vue du courant néoconservateur américain, NDLR –, dans un de ses récents livres). Mais comment prendre Fisk encore au sérieux, lui qui a soutenu de tout son coeur, ces dernières années, les complots de Bush et de la famille royale saoudienne au Liban ?

Anthony Shadid, en revanche, est un correspondant de presse américain vraiment sérieux, dont j’ai régulièrement loué les articles, qui a, au contraire des autres journalistes occidentaux, décrit une évidence : que des dizaines de milliers de Syriens avaient manifesté leur soutien au régime. C’est incontestable. Mais Shadid ajoutait que ces manifestations étaient « orchestrées ». Mais, cher Anthony, il n’est nullement évident que TOUTES les manifestations aient été « orchestrées », et cela vaut d’ailleurs pour les manifestations de l’opposition. Beaucoup de Syriens m’ont é-maillé hier pour me dire que j’avais tort de suggérer que tous les Syriens voulaient le départ de Bachar al-Assad. Je sais moi-même grâce à mes contacts avec des Syriens ou des gens qui se sont rendus là-bas que beaucoup de Syriens soutiennent en fait le régime, dont beaucoup d’autres souhaitent la chute. Je ne connais pas les pourcentages respectifs, bien sûr. Mais il est évident que les manifestations pro-Assad n’ont pas été couvertes par les médias occidentaux. Qui peut nier que ces manifestations pro-régime sont bien plus importantes que celles qui ont été diffusées sur Youtube par les Frères musulmans syriens, et qui font cependant les gros titres de l’info sur la Syrie ?

Le camarade Bassam Haddad (directeur du programme d’études sur le Proche-Orient à l’université George Mason) le disait très bien sur ce blog : « Quand ils étaient sincères, les rassemblements (pro-régime) témoignaient de sentiments qui avaient moins à voir avec un soutien à Bachar qu’avec le fait de ne pas vouloir être entraînés dans l’inconnu. » « Il y a en effet pas mal d’orchestration d’événements en cours, mais il n’y a pas que ça. » Qu’est-ce qui rend si difficile pour les médias d’Occident l’expression d’opinions, d’explications et d’analyses qui ne se conforment pas pleinement aux orientations des gouvernements occidentaux ? Sans doute ce que Noam Chomsky appelle la “fabrique de consentement”. Je crois vraiment que la propagande hystérique d’Al Jazeera a aidé en fait le régime syrien tellement elle était dépourvue d’objectivité ou même simplement d’informations objectives. Le spectacle d’opposant islamistes syriens complaisamment mis en scène par Al Jazeera n’a pu qu’alarmer les Syriens laïques (non pas d’ailleurs que la soit-disante laïcité du régime soit à mon goût, dans la mesure où je considère qu’aucun régime arabe n’est vraiment laïc – ils utilisent tous la religion, et du reste même les États-Unis ne sont pas laïcs selon mes critères de neutralité de l’État par rapport aux questions de préférence religieuse.)

L’autre jour, la BBC nous présentait un officier syrien qui une semaine plus tôt avait été magnifié par Time magazine pour avoir, prétendait-il, déserté avec trente de ses hommes (à Jisr al-Choughour, NDLR). Ce haut-fait avait été relayé par Al Jazeera et toutes les autres chaînes d’info. Hier, la BBC est revenue sur le cas de ce type et a admis qu’il avait menti et déserté tout seul. Et pourtant le reportage louait ses mensonges, affirmant qu’ils avaient permis de retarder l’entrée des troupes syriennes dans Jisr Al Choughour. Bref, les mensonges proférés pour le compte des projets occidentaux dans la région (et les projets de la confrérie des Frères musulmans sont partie intégrantes – c’est évident pour la Syrie – de l’agenda politique de l’Occident) sont à présent chaleureusement accueillis. Plus on est de fous, plus on rit !

[box class=info]Article reproduit avec l’aimable autorisation de InfoSyrie.fr[/box]