La Grèce devra-t-elle abandonner une partie de sa souveraineté ?

La Grèce devra-t-elle abandonner une partie de sa souveraineté ?

04/07/11 – 17h00
ATHENES (NOVOpress)
– La patrie d’Homère, d’Ulysse, de Périclès, l’un des berceaux de la civilisation européenne va-t-il devenir une “colonie” de l’Eurogroupe et de la Commission européenne ? En tout cas, le luxembourgeois Jean-Claude Juncker a affirmé dans un entretien publié dimanche dans le magazine allemand Focus que “la souveraineté de la Grèce sera énormément restreinte”. Et ce à cause des privatisations nécessaires pour bénéficier du nouveau plan d’aide censé sortir en partie la Grèce des affres de son endettement abyssal.

Selon Jean-Claude Juncker, la situation d’Athènes deviendrait celle de l’Allemagne de l’Est après la réunification de l’Allemagne en 1990.

Une agence de privatisation vient d’être votée par le parlement grec. Elle s’inspire, d’après Jean-Claude Juncker, de laTreuhand allemande. Cette institution avait assurée la privatisation de 14 000 entreprises est-allemandes de 1990 à 1994.

Si les déclarations de Jean-Claude Juncker peuvent paraître fondées sur la plan économique – vu l’impéritie des gouvernements grecs de droite et de gauche qui ont plongé leur pays dans la crise –, elles vont certainement aggraver la colère du peuple grec.