Trafic de métaux dans l'Ouest : interpellation chez les “gens du voyage”

Trafic de métaux dans l’Ouest : interpellation chez les “gens du voyage”

06/07/2011 – 20h30
RENNES (NOVOpress Breizh) – Tiré par le boom du prix des matières premières, le trafic de métaux, organisé par des recycleurs véreux, explose. Un fléau contre lequel sont mobilisées les forces de police et de gendarmerie. Ainsi une dizaine de personnes issues pour la plupart de la communauté des « gens du voyage », suspectées d’avoir participé à un vaste trafic de métaux volés, ont été interpellées la semaine dernière par le Groupe d’Intervention Régional de Rennes.

L’enquête avait commencé en octobre de l’année dernière suite au vol de plusieurs tonnes d’inox, de cuivre et d’aluminium à Coudeville sur Mer, dans la Manche. Très rapidement, les enquêteurs ont découvert que ce que ce type de cambriolage, loin d’être un cas unique, se retrouvait dans d’autres départements de l’Ouest. Selon les enquêteurs ce sont finalement plus de 50 tonnes de métaux, pour un montant estimé à 400 000 euros, qui auraient été volés dans 6 départements (Ile et Vilaine, Calvados, Manche, Mayenne, Maine et Loire, Sarthe). Ils étaient revendus à un ferrailleur établi à Cesson Sévigné (35).

« Il y a quelques mois, le Gir a remarqué l’activité suspecte d’un ferrailleur rennais », a déclaré Serge Le Ny, patron du Gir au Mensuel de Rennes. « Une enquête approfondie nous a permis de repérer que le gérant de la société achetait des tonnes de métaux à des personnes issues de la communauté des gens du voyage. » 

Selon les enquêteurs,  la bande était très bien organisée. « Il y avait les voleurs de métaux, le chauffeur, celui chargé de l’étude de marché, les réceptionneurs chez le ferrailleur… Même les mamans des voleurs étaient impliquées. Elles servaient de banquières, l’argent collecté étant versé sur leur compte » précise Serge Le Ny.

Plusieurs personnes ont été mises en examen pour vols en bande organisés, recel, non justification de ressources et association de malfaiteurs. Deux personnes, dont le ferrailleur, ont été écrouées. Elles encourent des peines allant de deux à quinze ans de réclusion.

L’augmentation vertigineuse des vols de métaux, notamment sur les chantiers de construction inquiète vivement des professionnels du bâtiment. En Loire-Atlantique la Fédération française du bâtiment vient de signer une convention avec la préfecture afin de mieux lutter contre ces vols. Cette convention prévoit le renforcement des patrouilles de police et de gendarmerie sur les chantiers dits « sensibles » et l’augmentation des contrôles des registres de ferrailleurs. Dans ce département breton le préjudice subi par les entreprises en 2010 serait de l’ordre de 30 millions d’euros.