Migrants imposés en Bretagne : « Ce qui se passe à Callac est l’affaire de toute la France ! » [Entretien avec le porte-parole des opposants au projet]

13 janvier 2023 | France

Victoire ! Les migrants ne débarqueront pas à Callac, paisible commune bretonne. Le projet d’accueil voulu par la Mairie et un fonds de dotation parisien est annulé suite à la mobilisation politique et populaire. Pour fêter cette grande victoire, nous republions ici un entretien exclusif avec Bernard Germain, porte-parole du Comité d’Organisation de Callac contre le projet « Horizon », initialement publié le 29 septembre 2022. Cet entretien est tout à fait d’actualité pour bien comprendre que ce qui s’est passé à Callac est important pour l’ensemble du pays.

L’affaire de Callac, commune bretonne où il est question de faire venir plusieurs centaines d’immigrés afin de « repeupler » cette bourgade, se double des récentes déclarations du Président Macron voulant imposer la « transition démographique » dans toutes les campagnes. Tout cela suscite un large débat au plan national. C’est à Callac qu’il faut livrer une bataille d’arrêt à la colonisation de peuplement de la France voulue par Macron. Pour faire le point sur ces sujets, nous avons interrogé Bernard Germain, qui est le porte-parole du Comité d’Organisation de Callac contre le projet « Horizon ».
Polémia

La préférence étrangère en action

Polémia : Pouvez-vous retracer l’histoire de ce projet Horizon, et expliquer à nos lecteurs pourquoi vous vous y opposez avec tant de détermination ?

Bernard Germain : La ville de Callac possédait 3 500 habitants, il y a quelques années. Depuis, l’abattoir a fermé entraînant le bourg sur une pente descendante. Dans la foulée de nombreuses activités et commerces ont fermé.
Bref, un exode de population a été la résultante de tout cela, notamment parmi les jeunes.
Il faut noter que le chômage est de 18 % localement, très au-dessus du chiffre national.
Face à cette situation, les pouvoirs publics et les élus locaux n’ont rien fait pour venir en aide à la population, singulièrement les jeunes. On a donc un bourg qui se « dépeuple », comme tant d’autres.
Récemment, une bobo parisienne ayant fait fortune dans les vêtements pour enfants a eu la brillante idée de faire venir 70 familles « africaines » pour « repeupler Callac », en mettant également la main à la poche.
Et là … Ô miracle, les pouvoirs publics et élus (Région, Département, Commune) ont aussi trouvé de l’argent pour soutenir ce projet.
En résumé, il n’y a aucun moyen financier pour aider les gens pauvres et les jeunes de Callac.
Mais il y a des millions pour faire venir 70 familles immigrées, afin de « remplacer » les habitants locaux qui partent.
Nous trouvons qu’il est insupportable, de voir les habitants locaux être les « oubliés » de la République.
De plus, ce qu’on ne fait pas pour eux, on est en train de le faire pour des immigrés.
Qui peut comprendre et accepter cela ?
Pour notre part, nous refusons totalement cette logique « folle » et donc nous condamnons le projet « Horizon » qui veut remplacer la population de Callac, au lieu de lui venir en aide.

Succès de la mobilisation

Polémia : Vous avez organisé un rassemblement devant la place de la Mairie, samedi 17 septembre. Êtes-vous satisfait de l’ampleur de la mobilisation que vous avez impulsée ? Y avait-il beaucoup de gens de Callac ?

Bernard Germain : Selon moi, il y avait plus de 400 personnes réellement présentes à notre rassemblement. Sans chercher à « gonfler » les chiffres, pratique qu’on constate effectivement à chaque évènement de ce type.
J’ajoute, qu’il aurait dû y en avoir plus. En effet, les gendarmes ont voulu sécuriser notre manifestation et donc fouillaient les coffres des voitures, cherchant notamment des armes. Ils en ont d’ailleurs trouvé dans au minimum une voiture d’antifas, selon mes informations.
Cela a provoqué d’importants bouchons. De nombreuses personnes lassées par ces attentes ont fait demi-tour.
Si ça n’avait pas été le cas, je pense sincèrement que nous aurions été 5 à 600 manifestants.
Quoi qu’il en soit, 400 personnes présentes c’est déjà un remarquable succès collectif pour les organisateurs de notre manifestation. Et un formidable espoir pour les participants et les habitants.
Les pro-immigration pensaient que leur projet allait être mis en œuvre sans difficulté. Ils savent maintenant que l’affaire ne sera pas aussi simple qu’ils l’imaginaient.
Quant aux participants de Callac même, nous avons été assez étonnés de leur nombre qui était conséquent.

Pour lire la suite, c’est ici !

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.