La France se tropicalise, et ce n’est pas pour des raisons climatiques!

12 janvier 2023 | Culture, France

Driss Ghali publie « Français, ouvrez les yeux ! » (L’artilleur)
Pire qu’un déclin, une métamorphose… Dans un nouvel essai, Driss Ghali supplie les Français d’ouvrir les yeux.

« Que l’on se garde donc de détruire systématiquement ce qui en fait la beauté ! » C’est par cet avertissement que Georges Pompidou achevait sa lettre adressée au Premier ministre Chaban-Delmas pour demander la suspension de l’abattage des arbres le long des routes, notamment celui des platanes, pour qui le président avait une sensibilité particulière. La beauté dont parle Pompidou est celle de la France, de ses paysages si particuliers selon les régions.

Arrêtez d’emmerder les Français !

Pour celui qui avait à cœur de laisser vivre les Français loin des « emmerdements » provoqués par les normes sécuritaires et hygiénistes dont la perspective inflationniste commençait déjà à se dessiner, ce désir de préserver ces platanes qui habillent les routes du midi, n’était guère mué par une sorte de fanatisme écologiste mais par un profond attachement à ce qu’est et doit demeurer la France.

La France était alors considérée comme un chêne ou un platane, De Gaulle puis Pompidou en étaient les jardiniers attentionnés, prenant soin de ses racines enfoncées dans la terre du passé comme de ses branches pointant vers le ciel de l’avenir.

C’est par cette métaphore sylvestre que Driss Ghali évoque également la France mais en prenant un autre type d’arbre plus ramassé. Autre époque, autre France, autre arbre. En 50 ans, la France est passée d’un chêne majestueux à un bonsaï rabougri.

La comparaison résonne fortement avec l’effondrement dramatique de notre souveraineté à tous les étages : de notre parc nucléaire saccagé à l’hôpital public tiers-mondisé en passant par nos boulangeries sacrifiées sur l’autel du marché européen de l’électricité. Dans son dernier livre, Français, ouvrez les yeux !, l’essayiste et auteur de Causeur, dresse le portrait d’une France qui est en train non seulement de décliner mais de perdre son âme. La France, nous dit-il, se métamorphose. Et c’est pire. Car contrairement à la pente du déclin qui malgré tout peut se remonter, la métamorphose, elle, est définitive sans machine arrière possible.

Le sentiment d’être étranger dans son propre pays

La France se métamorphose pour devenir autre, étrangère à ce qu’elle a toujours été : un pays où naquit un esthétisme architectural et artistique incomparable, un goût prononcé pour le raffinement et l’élégance des manières où la place de la femme était primordiale, une douceur de vivre insufflée par une certaine idée de la gastronomie, des génies littéraires que le monde entier nous enviait, et un paysage varié et marqué par l’héritage de 1 500 ans d’histoire et de catholicisme dont le blanc manteau d’églises caresse encore chaque village français. Ghali jette un regard sans concession tant la rupture avec ce monde d’hier est béante. On se laisse alors emporter par sa plume trempée dans l’encre noire de la colère et de l’amertume.

Pour lire la suite, c’est ici !

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.