Gregory Roose exclu d’un prix littéraire pour raisons politiques

12 janvier 2023 | Culture, France

Gregory Rooose est écrivain, auteur talentueux de nouvelles (Train de nuit et treize récits enracinés, La Nouvelle Librairie éd), chroniqueur à Valeurs actuelles, animateur d’un blog très suivi et candidat malheureux à un prix littéraire dont il est exclu non pour son manque de talent – il faisait partie des finalistes – mais pour des raisons de basse politique. Nous reproduisons son communiqué.

« Une procédure judiciaire a été lancée par Grégory Roose, écrivain et chroniqueur, contre les organisateurs du prestigieux Prix Boccace. Des éléments tendent à démontrer qu’il avait été présélectionné par le jury sur des critères littéraires, puis exclu pour ses opinions politiques.

Un article de MagCentre affirme que l’organisateur du prix littéraire, soutenu par le conseil départemental du Loiret, a fait une erreur de casting concernant Grégory Roose, indiquant que ce sont ses opinions politiques et activités militantes, qualifiées de nauséabond(es), xénophobes et islamophobes, qui ont motivé son exclusion du concours. Plusieurs publications sur les réseaux sociaux tendent à confirmer que son recueil, Train de Nuit, faisait partie d’une première présélection de huit ouvrages sur dix-sept reçus dans le cadre du Prix Boccace.

Gérard Audax, l’organisateur du concours, a déclaré selon MagCentre.fr reconnaître l’erreur, tendant à confirmer que Train de Nuit avait bien été présélectionné par le jury sur des critères littéraires avant d’en être exclu pour ses opinions politique. Une procédure judiciaire pour discrimination en raison des opinions politiques a été engagée ».

Notre commentaire : il n’est pas impossible que ce soit le journaliste de MagCentre qui ait « mis en garde » le jury, dans la nouvelle tradition du journalisme de délation.

Tribune reprise de OJIM

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.