Macron, président d’une France qui s’écroule

3 janvier 2023 | France, Politique

Emmanuel Macron, réformiste ? La blague. L’auteur de « Révolution » restera dans l’histoire de la chute française comme le président des « petits gestes » : se laver les mains, porter le masque, éviter le sèche-linge, préférer le col roulé, etc. Confronté à ce moment vertigineux d’un pays qui s’écroule, le chef de l’Etat contemple le désastre les bras ballants. Néron, au moins savait jouer de la lyre. Des sons débordent de la bouche élyséenne, dans une jactance commune aux impuissants. Pendant ce temps, les citoyens se laissent gagner par un sentiment d’abandon. Le 8 décembre, le président a cru utiliser les mots justes pour répondre à l’écho de cette détresse humaine.

Il a tweeté : « Ce qui guide mon action, c’est de protéger nos concitoyens, de protéger notre jeunesse. Je vous réponds donc : banco, nous allons le faire ». Mais il répondait à l’animateur de télévision Christophe Dechavanne, qui lui demandait d’étendre la gratuité des préservatifs aux mineurs. « Il a dit banco ! », c’est félicité immédiatement Clément Beaune, le ministre délégué aux transports. Le macronisme a définitivement capoté ce jour-là.

Il n’y a plus que l’Armée qui tienne encore debout. Et encore… Les autres grandes institutions s’effondrent. Macron a lui-même cassé en 2022 le peu qui fonctionnait encore : l’Ena, le corps diplomatique, les préfets. En avril 2021, vingt généraux en retraite s’étaient fait taper sur les doigts pour avoir alerté : « L’heure est grave, la France est en péril (…) Notre honneur aujourd’hui tient dans la dénonciation du délitement qui frappe notre pays ». Délitement : le bon diagnostic. Mais ce mal affecte également la Défense : les stocks militaires, épuisés entre 2007 et 2016, n’auraient pas été reconstitués (rapport de l’Ifri) en dépit de la montée des tensions internationales. Nos munitions, expédiées pour partie en Ukraine agressée, n’assureraient que quelques jours de canardages en cas de conflit. Pour le reste, tout tombe en bottes : l’école, l’hôpital, la justice, la sécurité, l’industrie, l’économie, la cohésion nationale. Les Français doivent se préparer à ressortir les bougies et les mitaines, en cas de coupures d’électricité.

C’est une France saccagée, sabotée par ses propres dirigeants, qui se tiers-mondise dans une impressionnante accélération de l’histoire.

Ivan Rioufol

Texte daté du 1er janvier 2023 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.