Coupe du monde de football : Macron en pleine récupération grâce à des médias complaisants

22 décembre 2022 | Médias, Politique

L’équipe de France de football a réussi un beau parcours lors de la Coupe du monde organisée par le Qatar. Le président Macron n’a pas ménagé ses efforts pour être associé aux victoires successives des dits « Bleus ». Il a pu compter pour cela autant sur son service de communication que sur des médias de grand chemin particulièrement complaisants. Nous en faisons une revue de presse.

Les présidents de la République et le football, une vieille histoire

Le football est un sport très populaire en France. Il est capable de déchaîner les passions et l’enthousiasme de nombreux Français. Les différents présidents de la République que la France a connus depuis près d’un siècle l’ont bien compris. Comme le souligne avec de nombreux exemples à l’appui un article du site Le Footichiste, de Gaston Doumergue à François Hollande, les présidents de la République n’ont jamais manqué d’associer leur image aux compétitions de football. Emmanuel Macron ne fait pas exception à la règle, avec une caractéristique propre au personnage : une communication tapageuse, souvent maladroite et déplacée. La Coupe du monde de football qui vient de s’achever en est un nouvel exemple.

Halte à la politisation du sport !

Le 17 novembre, interrogé sur l’opportunité de participer à la Coupe du monde au Qatar, Emmanuel Macron s’est empressé d’affirmer : « il ne faut pas politiser le sport ». Le message a été entendu 5 sur 5 dans les rangs présidentiels. Le 18 décembre, le mouvement politique Renaissance publiait sur son compte Twitter une photo d’un maillot de foot des Bleus sur laquelle ne reste plus qu’à floquer une troisième étoile de la victoire. BFM TV, dans un élan d’impertinence, a pris le président au mot. Dans un article du 17 novembre, la chaîne a recensé de façon plus ou moins pertinente ces « cinq fois où Emmanuel Macron a fait le contraire » en politisant le sport. Et ça, c’était avant le mondial au Qatar…

Le Parisien et « la finale d’Emmanuel Macron »

Le quotidien le Parisien a sans surprise fait sa couverture du 18 décembre sur la finale de la Coupe du monde de football opposant l’équipe de France à celle d’Argentine. Pas moins de 11 pages sont consacrées à l’événment. Le président de la République et sa compagne y sont mis en valeur, c’est le moins que l’on puisse dire. Rappelons que Bernard Arnault est propriétaire du titre.

Brigitte Macron a‑t-elle un lien quelconque avec les qualifications successives de l’équipe de France lors du mondial de football au Qatar ? A priori non. Pourtant, le Parisien réussit à placer dans un article consacré au sélectionneur de l’équipe de France la photo de Didier Deschamps en compagnie de… Brigitte Macron. Pour quelle raison ? Brigitte Macron fait partie de différentes personnalités du monde sportif et des people à qui l’on a demandé de « raconter » le patron des Bleus. La photo est légendée de la façon suivante : « Depuis janvier 2020, Brigitte Macron et Didier Deschamps portent l’opération Pièces jaunes totalement dédiée aux enfants et adolescents vulnérables ».

Le rapport avec le football est donc lointain. Chacun se fera son idée si ce focus est destiné à donner de la notoriété à une action caritative, à faire le portrait le plus complet possible du sélectionneur des Bleus ou plus prosaïquement à mettre en valeur la compagne du président, et par association, le président de la République lui-même.

La finale d’Emmanuel Macron

L’article consacré à Emmanuel Macron est par contre sans ambiguïté. Dès le titre, nous voilà prévenu : c’est « la finale d’Emmanuel Macron ». Bigre, le président de la République serait-il l’attaquant de pointe de l’équipe de France ?

Le reste est à l’avenant : « si les Bleus décrochaient la troisième étoile, il pourrait se targuer d’être « le seul président à avoir mené l’équipe de France à deux victoires consécutives en coupe du monde », sourit le géopolitologue expert du ballon rond Pascal Boniface ».

Les propos du « géopolitologue » ont beau être dits sur le ton de l’humour, le Parisien reprend à son compte l’association du président de la République aux succès sportifs de l’équipe de France, comme s’il en était un artisan. Cette présentation lui permet de bénéficier d’un effet de halo provoqué par les succès de l’équipe de France, ce biais cognitif qui construit une interprétation positive ou négative, à partir d’une perception sélective d’informations liée à la première impression.

Le service de communication d’Emmanuel Macron en pointe

Le service de communication d’Emmanuel Macron n’a pas été en reste : les messages sur le compte Twitter du président au sujet de la coupe du monde de football ont été nombreux, et dans un style qui rompt avec la posture et la stature habituelle d’un chef de l’Etat. « Notre » président se veut visiblement le champion de la coolitude.

Le 14 décembre, après la demi-finale, une vidéo circule rapidement sur internet. On y voit le président de la République haranguer les joueurs de l’équipe de France dans les vestiaires : « Dimanche, on est là, et vous la gagnez encore une fois les mecs ! ». La grande classe… E. Macron publie rapidement une photo de la Coupe du monde avec ce commentaire involontairement comique : « on la ramène ? ». Le même jour, dans une interview accordée aux médias, Emmanuel Macron passe en revue pendant plusieurs minutes les différents joueurs de l’équipe de France et insiste sur la nécessité que les Français aient des « joies simples ». Sur ce point-là, compte tenu des nuages qui s’amoncellent et qu’il a largement contribué à faire venir, on ne peut que le rejoindre.

Le jour de la finale, le 18 décembre, les internautes ont droit à un photo-montage de 29 secondes où l’on voit le très tactile président de la République faire de chaudes accolades à des membres de l’équipe de France.

Pour lire la suite, c’est ici !

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.