Mondial : victoire de la propagande, par Ivan Rioufol

20 décembre 2022 | Actualité internationale

L’équipe de France nous aura donc « fait rêver » : Emmanuel Macron a repris ce cliché, à Doha (Qatar), en s’affichant dans les vestiaires avec les joueurs battus, tel l’entraineur qu’il n’est pas. Auparavant, le président de la République avait ostensiblement consolé, sur le terrain, à l’issue des tirs au but, Kylian Mbappé qui n’en demandait visiblement pas tant. Mais derrière cette expression galvaudée du « faire rêver » se dissimule une des causes du mal français. Elle tient en l’incapacité du système, politique et médiatique, à se confronter au réel et à revenir sur terre. Le métavers, ce monde faux atteignable dans un univers fictif, s’annonce d’ailleurs comme l’enfant monstrueux produit par les idéologies déconnectées de la vie vraie. En l’occurrence, le Mondial et son divertissement auront permis au Qatar de faire oublier son dessein visant, grâce notamment au « soft power » du football, à islamiser l’Europe. En France, l’épopée des « Bleus » aura servi de prétexte pour laisser croire en la permanente vivacité du « roman national » et de la cohésion multiculturelle. Or dans les deux cas, une même propagande aura cherché à abuser les esprits distraits en détournant les regards et en maquillant les faits.

Le Qatar est le grand vainqueur du Mondial. Le propriétaire du PSG (où officient Mbappé et Messi, les deux héros adverses du France-Argentine final), est surtout le grand argentier de l’islam politique en Europe via les Frères musulmans, et le corrupteur démasqué de parlementaires socialistes européens après les récentes révélations du QatarGate. Détenteur de 13% des ressources mondiales en gaz, le petit Emirat restera un interlocuteur choyé des Occidentaux.

Dans cette même perspective d’assurer une sécurité énergétique, Gérald Darmanin vient d’annoncer la levée des restrictions de visas pour les Algériens, dont le pays peut fournir gaz et pétrole. Quant à la fable du « vivre ensemble », elle n’aura pas résisté aux multiples violences urbaines commises par des supporteurs franco-marocains tout au long des matchs. Cependant, le discours officiel, soutenu par des médias promoteurs de la diversité, s’est employé à cacher la source de ces affrontements en les mettant sur le dos de « l’extrême droite ». La désinformation a été pulvérisée vendredi par Libération qui a alerté en une sur la « peste brune », ses « hordes barbares », ses « ratonnades ». Jérôme Fourquet (Ifop) a rappelé, dimanche (CNews Europe 1) le véritable état de cette extrême droite en France : « crépusculaire », a-t-il dit.

Ivan Rioufol

Texte daté du 19 décembre 2022 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.