Olivier Giroud vs. Sofiane Boufal : deux footballeurs nés en France, deux France

14 décembre 2022 | France

Ce mercredi 14 décembre, la France affrontera le Maroc en demi-finale de la Coupe du monde au Qatar. Sur le terrain, Olivier Giroud, avant-centre des Bleus, devra se méfier du jeu de pied habile de l’attaquant franco-marocain Sofiane Boufal. Mais au-delà de l’importance sportive de cette rencontre, ces deux joueurs de haut niveau incarnent deux France qui se font désormais face, l’une discrète et patriote, l’autre issue d’une immigration qui rejette la France.

L’un joue en équipe de France depuis plus de 11 ans, l’autre a rejoint les Lions de l’Atlas en 2016. L’un vient d’être couronné meilleur buteur des Bleus, l’autre impressionne par ses dribbles précis. L’un est déjà champion du monde, l’autre rêve d’une première victoire du Maroc en Coupe du monde. Malgré ces différences sportives, Olivier Giroud et Sofiane Boufal partagent un point commun et non des moindres : tous deux sont nés et ont été formés en France. Mais les similitudes s’arrêtent là. Si Olivier Giroud n’a jamais caché son attachement à la France, Sofiane Boufal fait lui le choix de porter les couleurs marocaines.

« Tellement fier de cette équipe et de ce maillot ». Le 11 novembre 2011, Olivier Giroud arbore pour la première fois le maillot des Bleus. Depuis, malgré les hauts et les bas, malgré les critiques des commentateurs, le joueur savoyard enchaine les sélections en équipe de France. Discret, jamais un mot plus haut que l’autre – même quand Didier Deschamps lui préfère son co-équipier Karim Benzema –, l’attaquant trace sa route. Loin de la starification, des scandales ou de l’exubérance, Olivier Giroud mène une vie tranquille – ennuyeuse diront ses détracteurs – et ancrée dans le réel. Marié, père de quatre enfants, le numéro 9 français aime son pays. En décembre 2018, aux côtés de toute l’équipe de France, Olivier Giroud reçoit la légion d’honneur des mains d’Emmanuel Macron. Un honneur pour l’international français qui promet de la « bichonner ». Il aime s’associer aux soldats français. Interrogé par BFM TV sur sa décoration, Olivier Giroud remet les choses à leur place : « Je pense surtout aux combattants de guerre qui la méritent bien plus que nous ». Quatre ans plus tard, dans un documentaire de TF1, le footballeur ajoute : « c’est un privilège de pouvoir représenter sa nation, de pouvoir partager cette passion commune avec les militaires, de représenter et défendre nos couleurs. »

A ce patriotisme fier s’ajoute une foi chevillée au corps. Chrétien évangélique, il se fait tatouer sur le bras un extrait du psaume 23 : « Le Seigneur est mon berger, rien ne saurait me manquer ». Au magazine Jésus, il confesse « prier en plein match ».

Sofiane Boufal, le choix du Maroc

Sofiane Boufal suit une trajectoire inverse. Né à Paris de parents marocains, le jeune Boufal est formé à Angers. En 2015, alors qu’il rêve d’une carrière internationale, se pose la question du choix de l’équipe. En tant que binational, l’attaquant angevin peut prétendre aussi bien à une sélection chez les Bleus – qui ne lui sera finalement jamais proposée – ou chez les Lions de l’Atlas. Après un temps de réflexion, il décide de faire « le choix du cœur », un choix « évident » selon lui et opte pour le Maroc. Alors que la France l’a formé, l’a aidé et lui a offert son premier club, il préfère défendre les couleurs marocaines. Et ce joueur qui parle peu ou pas l’arabe ne manque pas de dédier sa victoire contre l’Espagne « à tous les Marocains, les peuples arabes et tous les peuples musulmans ». Du haut de ses 29 ans, l’attaquant incarne cette jeunesse française, issue de l’immigration, qui reçoit tout de la France mais continue de soutenir son « pays de cœur » et n’hésite pas à lancer des émeutes à chaque victoire de son équipe. Une ingratitude à peine voilée…. Comme pour donner raison au roi Hassan II qui avertissait en 1993 : « Les Marocains ne seront jamais intégrés. Ce seront de mauvais Français. Ils ne seront jamais 100 % Français ». Un parfait représentant de l’intégration ratée par la France.

Sofiane Boufal préfère répondre aux interviews en français plutôt qu’en arabe…

Clémence de Longraye

Tribune reprise de Boulevard Voltaire

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.