La France, défiée par la pression musulmane

12 décembre 2022 | France, Société

La France, ébranlée par une constante immigration de peuplement, maîtrise-t-elle sa politique vis-à-vis du monde arabo-musulman ? Jeudi, la ministre des Affaires étrangères, Catherine Colonna, est attendue à Rabat (Maroc). Elle pourrait y annoncer l’allègement des restrictions sur les visas décidées en septembre 2021 en réaction aux réticences marocaines à reprendre les expulsables. L’Elysée a déjà fait savoir que ce durcissement diplomatique n’était pas « irréversible ». Cet adoucissement intervient alors que les supporteurs franco-marocains ont à nouveau fait la démonstration massive, samedi sur les Champs Elysées, de leur adhésion à la « fierté arabe » revendiquée par la foule. Une fois de plus, le cœur de la capitale a été empli de drapeaux marocains, algériens et tunisiens après la victoire du Maroc contre le Portugal. En dépit de la victoire de la France contre l’Angleterre, intervenue un peu plus tard dans la soirée, les drapeaux français sont restés pour leur part quasiment invisibles.

Et, une fois de plus, des affrontements ont opposé des casseurs maghrébins aux forces de l’ordre, dans un rituel d’intifada qui dépasse l’expression frustre d’une voyoucratie : derrière ces guérillas menées le plus souvent par des binationaux, c’est bien la France qui est visée pour ce qu’elle représente d’ancienne puissance coloniale et de nation occidentale et chrétienne. Dimanche, sur CNews et Europe1, Alain Finkielkraut a parlé de « francophobie » pour évoquer ces violences. Elles font évidemment craindre le pire, mercredi lors de la demi-finale entre la France et le Maroc.

L’assujettissement de la diplomatie française à la nouvelle démographie musulmane est une soumission à redouter. Un recul de la France sur les visas serait une faute, dans ce contexte de choc de cultures revivifié par le football. Devant la « diversité » sublimée par le macronisme, la main de l’Etat tremble. D’autant que la crise énergétique, créée par le sabotage du parc nucléaire français par l’Etat lui-même, oblige Emmanuel Macron à aller chercher des sources alternatives dans des pays musulmans peu recommandables. C’est dans ce contexte que vient d’éclater, au coeur du parlement européen, un énorme scandale de corruption d’élus socialistes achetés par le Qatar, organisateur de l’actuelle Coupe du monde de football. Vice-présidente du parlement européen, la grecque Eva Kaili (Pasok) a été prise vendredi en flagrant délit de réception d’une valise emplie de billets (on parle d’un million d’euros).

D’autres membres du groupe Socialistes et Démocrates du parlement auraient également été arrêtés. Le 22 novembre, Eva Kaili avait, devant le parlement, vanté « le Qatar, chef de file en matière de droit du travail », alors que cet état islamique, qui finance la subversion idéologique en Europe, est accusé d’avoir sacrifié 6500 migrants sur les chantiers de construction de la Coupe, après le choix saugrenu de la Fifa de lui attribuer ce privilège. Cette corruption cacherait-elle d’autres turpitudes ? Le monde islamique semble prêt à tout pour accélérer ses conquêtes occidentales.

Ivan Rioufol

Texte daté du 12 décembre 2022 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.