Grand remplacement au Royaume-Uni. Birmingham, Leicester, Manchester, Londres…ces villes où les Blancs d’origine britannique sont désormais minoritaires

5 décembre 2022 | Europe

Le Grand Remplacement, un fantasme d’extrême droite ? Manifestement pas au Royaume-Uni, où contrairement à la France, les statistiques ethniques sont autorisées et permettent donc de voir l’évolution ethnique et religieuse dans les différentes villes du pays. Et le recensement de 2021 nous apprend que des villes et districts de Birmingham, Leicester, Manchester, et Londres la capitale, sont désormais des villes où les Blancs d’origine britannique sont désormais minoritaires. Voici quelques chiffres.

Dans le district de Manchester, les Blancs d’origine britannique ne représentent plus que 48,7% de la population totale (avec 1,7 +% d’Irlandais et 6% d’autres Blancs d’Europe). Dans plusieurs quartiers, la population blanche représente entre 7 et 20% de la population totale.

Les communes de Blackburn et de Bradford, proches de Manchester, ont décliné également au niveau du nombre de Blancs, qui ne représentent plus que 56% de la population totale.

A Birmingham, l’immigration extra-européenne a progressivement remplacé les Blancs britanniques, qui ne sont plus que 42% et 5% dans certaines zones du district. Avec 52% et 56% de Blancs britanniques, les districts voisins de Wolverhampton et de Sandwell ne sont pas mieux lôtis.

La Leicester, un peu plus au nord-est, la population blanche anglo-saxonne est descendue à 32%. 55% à Coventry. D’autres districts perdent considérablement en population blanche : ils ne sont plus que 59% à Peterborough, 31,8% à Luton, au nord de Londres (surnommé le Lutonistan), 62,2% à Milton Keynes. A Londres, même en additionnant la population blanche britannique et la population blanche européenne, on arrive à peine à 50% dans la plupart des districts. Il s’agit tout de même de la capitale de l’Angleterre…

Pour le sud du pays, ce sont les districts de Southampton et de Brighton qui connaissent la plus forte progression de population extra européenne.

Au Pays de Galles, c’est le district de Cardiff qui ne compte plus que 73% de Blancs, nombre en chute libre également.

A noter que pour rappel, en Irlande du Nord, où les résultats ont été dévoilés en septembre, l’immigration extra-européenne est quant à elle, hormis quelques quartiers, extrêmement faible.

Globalement, on assiste à une explosion de la présence de citoyens issus de l’immigration extra-européenne dans les principales villes et métropoles britanniques. Les Blancs eux, se réfugient massivement, pour les plus riches, vers les côtes, notamment la Cornouaille, ou le Sud-Est anglais. Les pauvres eux, sont de plus en plus déclassés, à la fois loin des villes si ils peuvent les fuir financièrement, mais aussi loin des côtes, inaccessibles financièrement.

Avec ces statistiques ethniques, le Royaume-Uni et ses dirigeants ont au moins l’honnêteté de permettre à la population de voir, tous les dix ans, à quel point Enoch Powell avait raison, lui qui avait annoncé l’immigration et le remplacement progressif de population dans ces pays. En France, la devise est « les yeux grands fermés ». Les citoyens néanmoins, sont de moins en moins dupes.

Pour lire la suite, c’est ici !

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.