L’injustice faite aux soignants non vaccinés

29 novembre 2022 | France

Les hygiénistes ne peuvent admettre avoir trompé les gens sur l’efficacité des vaccins anti-Covid, qu’ils ont voulu généraliser à tous les Français. C’est pourquoi ils s’entêtent à refuser l’intégration des soignants non vaccinés. Le dossier a été évacué jeudi soir des débats de l’Assemblée par un artifice de procédure. La macronie s’accroche, jusqu’à l’absurde, à son récit officiel qui persiste à soutenir que les vaccinés seraient mieux protégés que les non-vaccinés et qu’ils tomberaient moins souvent malades.

Or même Jean-François Delfraissy, avant de quitter la présidence du conseil scientifique fin juillet, a reconnu que ces vaccins ne protégeaient que « modérément ». En réalité il est désormais admis qu’ils n’empêchent ni la contamination ni la transmission. Pourtant, le pouvoir et l’establishment hospitalier se refusent à admettre ce constat, comme ils refusent de reconnaître la fausseté du slogan: « Tous vaccinés, tous protégés ». Ce vendredi matin, sur RTL, le président de la fédération hospitalière, Arnaud Robinet, a estimé que le débat sur la réintégration des soignants « n’avait pas lieu d’être ». Sur Europe 1, le député macroniste Sylvain Maillard a été plus loin en accusant les parlementaires qui appuient cette réintégration de défendre « des idées complotistes et antivax ». Jeudi soir, les députés LR avaient fait savoir qu’ils étaient prêts à « voter majoritairement » la proposition de loi de LFI allant dans ce sens. Le déni gouvernemental illustre la mauvaise foi des dirigeants.

La France est, avec la Grèce, le seul pays d’Europe à refuser de réintégrer ceux des soignants suspendus sans indemnités ni chômage. Ceux-ci disaient, avec raison en somme, avoir un doute sur l’efficacité de ces vaccins expérimentaux. Alors que l’hôpital manque de bras, il est évidemment absurde de se passer de ces milliers de professionnels, même s’ils ne sont qu’une minorité. Surtout, il est irrationnel d’admettre des soignants vaccinés mais qui peuvent contaminer des patients.

La raison « éthique » avancée par les partisans de l’ordre sanitaire revient à recourir à un argument moral peu convainquant : celui consistant à reconnaitre la science comme une nouvelle croyance produisant ses hérétiques et ses déviants. Or la science n’est pas une croyance, elle n’est pas une religion. Elle procède de l’expérience humaine et d’erreurs corrigées. Le sort injuste réservé aux soignants non vaccinés est le résultat d’une violence étatique d’autant plus insupportable qu’elle n’est que bassement politique.

Ivan Rioufol

Texte daté du 27 novembre 2022 et repris du blog d’Ivan Rioufol

Novopress est sur Telegram !

Newsletter

* champ obligatoire
« Novo » signifie, en latin, « renouveler » ou encore « refaire ». Novopress se donne comme objectif de refaire l’information face à l’« idéologie unique ». Mais ce travail de réinformation ne peut pas se faire seul. La complémentarité entre les différentes plateformes existantes doit permettre de développer un véritable écosystème réinformationnel.