Métiers en tension : pourquoi l’immigration ?

Plein emploi et chômage: si la demande ne rencontre pas l’offre, est-il vraiment nécessaire de faire venir des travailleurs immigrés supplémentaires? Tribune de Jean Messiha et Frédéric Amoudru.

La France est un pays formidable. Avec un taux de chômage de 7,4% de la population active selon l’INSEE, nous serions au plein-emploi voire au sur-emploi !

Une preuve ? Cette litanie d’entreprises de toutes tailles qui nous expliquent ne pas trouver de candidats pour les postes qu’elles proposent, sur une liste de métiers longue comme le bras. La DARES estime à 363 000 ces postes non-pourvus, chiffre finalement assez stable dans le temps depuis des années. D’où l’appel du patronat à régulariser des immigrés clandestins et à en laisser venir davantage.

Au fond, de quoi ce débat est-il le révélateur ? Il montre tout d’abord que le chômage n’est pas qu’un problème de croissance économique insuffisante. Il existe en effet nombre de sociétés qui ont un carnet de commandes suffisamment rempli pour recruter davantage et donc créer un surcroît de richesse.

Cela concerne des métiers techniques, certains nécessitant une formation courte ou longue mais en tout cas pointue, d’autres requérant une formation plus légère comme les aides-soignants, camionneurs, livreurs, commis de cuisine, ouvriers du bâtiment, etc. Voilà pour l’offre d’emploi.

En face, nous avons une demande d’emploi s’élevant à 3,2 millions de chômeurs de catégorie A (c’est-à-dire qui ne travaillent pas du tout) auquel il faut ajouter environ 2,2 millions de personnes en catégorie B et C qui sont en sous-emploi (c’est-à-dire travaillant à un temps partiel imposé).

Ne nous leurrons pas : le chômage zéro n’existe pas. Pas même dans les pays les plus performants. Toujours est-il que nous sommes à des niveaux bien supérieurs à ceux correspondant au « plein emploi » au sens économique du terrme, qui s’étagent entre les 3,5% des Pays-Bas et les 5.5% de l’Allemagne.

Nous avons donc un taux de chômage d’environ 2% supérieur à ce qu’il devrait être pour que nous puissions nous déclarer en pénurie de main-d’œuvre globale, soit environ et théoriquement 600 000 personnes que l’on devrait mettre au travail avant de devoir recourir à de la main-d’œuvre qui n’est pas présente sur notre territoire.

Dès lors, comment expliquer ce fossé entre emplois non-pourvus et main-d’œuvre en surplus numérique ? Quatre explications principales permettent de répondre à cette question.

– Des chômeurs trop longtemps éloignés de l’emploi qui n’arrivent plus à se réintégrer le marché du travail. C’est ce que la science économique appelle l’effet « travailleur découragé » ;
– L’inadéquation entre la formation du demandeur d’emploi et les offres d’emplois, ce que la science économique appelle le « mismatch » entre l’offre et la demande sur le marché du travail ;
– L’absence de mobilité des demandeurs d’emploi ;
– Un manque de motivation pour le travail dans un contexte où les minimas sociaux et la débrouille permettent des revenus souvent proches des emplois les moins bien payés. Une juxtaposition et un mélange de fracassés de la vie que la solidarité nationale doit évidemment prendre à sa charge, de « bras cassés » et de « branleurs » que la nation doit aussi assumer, encore que pour ces derniers on se demande bien pourquoi et encore combien de temps.

Cette classification autoriserait a priori à penser que, notre pays ayant une strate de citoyens quasi inemployables, il faudrait, en conséquence, accroître le flux d’immigrés qui feraient les boulots que les Français ne veulent ou ne peuvent pas faire.

Le raisonnement pourrait à peu près tenir debout si nous étions en situation de plein-emploi pour la main-d’œuvre étrangère déjà présente sur notre sol. Mais nous en sommes loin. Très loin.

Car si les citoyens de l’Union européenne résidants chez nous ont un taux de chômage à peu près équivalent à celui des Français, il est de près du triple pour les étrangers hors-UE (majoritairement nord-africains et sub-sahariens). Chiffres de la fachosphère ? Du tout. C’est l’INSEE qui le dit.

Que nous enseigne ce chiffre ? Que les immigrationnistes, parmi lesquels figurent de nombreux patrons présentant depuis des décennies l’immigration comme utile pour le marché du travail et la consommation, nous ont purement et simplement trompés et abusés. Si nous avions effectivement eu besoin de tous ces gens, comme ils le prétendent depuis tant d’années, ils seraient en emploi avec un taux de chômage « frictionnel » de 3-5% et non pas de 20% et plus !

Pour lire la suite, c’est ici !