Plus de 200 nouveaux mots de novlangue pour décrypter le politiquement correct

Il y a plus de 10 ans, Polémia publiait son premier Dictionnaire de novlangue. En 2013, le Nouveau Dictionnaire de novlangue était présenté à ses lecteurs, avec plus de 500 mots nouveaux. Deux ans plus tard, c’est un nouveau Dictionnaire de novlangue, consacré à Mille mots qui manipulent les Français. Aujourd’hui, Michel Geoffroy, notre lexicographe toujours vigilant, a répertorié 230 nouveaux mots ou nouvelles expressions qui envahissent les médias.

A

Accidentel (pas) : circonlocution employée pour ne pas dire criminel. Par exemple : l’incendie de l’église Saint-Sulpice n’était pas accidentel.

Accommodement : expression sidérante désignant la politique recommandée par l’Union européenne, visant à ce que les Européens de souche s’adaptent aux mœurs et à la religion des immigrants. Le caractère mutuel de l’accommodement est, bien sûr, factice car il ne repose sur aucune réciprocité. On dit aussi accommodement raisonnable dans le même sens.

Accord salarial offensif : expression trompeuse désignant la possibilité de baisser les salaires dans une entreprise même si elle est en bonne santé financière, au titre de la loi Macron de 2015 « pour la croissance et l’activité ».

Activement recherché : stéréotype utilisé à chaque fois qu’un attentat a été commis. Ses auteurs sont toujours « activement recherchés », pour suggérer une grande efficacité de la police… qui n’a pourtant pas pu prévenir l’attentat alors que dans la majorité des cas les terroristes étaient « bien connus des services de police » car ils avaient commencé dans le banditisme. On dit aussi traque dans le même sens.

Alerte : les alertes gouvernementales sont innombrables et multicolores, mais leur utilité réelle est des plus douteuses (alerte orage, alerte canicule, alerte pollution, alerte incendie, alerte enlèvement, etc.), sinon pour semer l’inquiétude dans l’opinion. Par définition, l’alerte n’empêche nullement ce qu’elle annonce en effet.

Allongement du temps de parcours : euphémisme utilisé à la SNCF pour dire retard.

Allophone : écolier d’origine immigrée ne parlant pas le français, pour l’Éducation nationale.

Androcène : concept inventé par les écolos à la suite de Sandrine Rousseau, destiné à rendre l’homme blanc responsable du changement climatique.

Antécédents psychiatriques : expression rituellement utilisée à chaque fois qu’un allogène commet un délit, un crime ou un attentat, pour tenter d’expliquer son geste par d’autres motivations que l’islamisme. On dit aussi troubles du comportement, troubles psychologiques, troubles psychiatriques.

Appropriation culturelle : concept woke destiné à diaboliser le fait pour des Occidentaux de s’inspirer ou d’invoquer d’autres cultures ; une accusation d’autant plus absurde que ce sont bien les cultures minoritaires qui s’efforcent au contraire de s’approprier les symboles de la culture dominante.

Arbre mort : sapin de Noël pour le maire écolo de Bordeaux.

Attentat déjoué : grand classique de la communication gouvernementale destiné à rassurer les Français sur l’efficacité de notre police contre le terrorisme. On déjoue notamment beaucoup d’attentats de l’ultradroite.

B

Babtou : initialement toubab, dont babtou est le verlan. Terme utilisé en Afrique de l’Ouest pour désigner quelqu’un à la peau blanche. L’apostrophe babtou est reprise par les jeunes des banlieues, souvent de façon péjorative, pour désigner les Français de souche. Son emploi n’est évidemment pas raciste pour les bien-pensants.

Bande de jeunes gens : euphémisme journalistique pour désigner une bande de racailles de banlieue qui commettent des délits en groupe.

BHL : Bernard-Henri Lévy, philosophe médiatique omniprésent, dont les positions publiques sont toujours précieuses car elles correspondent à la boussole qui indique le sud, dont il faut donc prendre le contre-pied.

Bien connu des services de police : délinquant multirécidiviste toujours en liberté ; on peut dire aussi « n’est pas inconnu de la justice », dans le même sens ; inconnu des services de police est beaucoup plus rare.

Blessé à la vision : euphémisme utilisé en janvier 2019 par le ministre de l’Intérieur Castaner pour ne pas dire Gilet jaune éborgné par un tir de Flash-Ball.

Bon enfant
: expression destinée à minorer les violences commises en France par les supporteurs maghrébins à la suite de la victoire de l’Algérie à la Coupe d’Afrique de football le 19 juillet 2019. Pour les médias, il ne s’agissait que de manifestations de joie bon enfant ou de soirées festives.

Bousculade : euphémisme pour désigner une agression commise par l’extrême gauche (lors de l’attaque de la crèche vivante à Toulouse le 14 décembre 2019).

Blackface : anglicisme péjoratif désignant le fait pour un Blanc de se grimer en personne racisée, attitude considérée comme raciste par la bien-pensance et devenue quasiment interdite.

BLM : Black Lives Matter (les vies noires comptent), mouvement afro-américain censé protester contre le racisme de la police américaine, et dont les débordements ont été utilisés par les démocrates afin d’affaiblir Donald Trump pour sa réélection ; l’extrême gauche racialiste a essayé d’introduire la formule en France avec le clan Traoré et la complicité des médias.

Blanc : couleur suspecte de suprémacisme ; dans les séries hollywoodiennes, les Blancs doivent être remplacés par des personnes racisées ; dans les médias, l’Arcom trouve toujours qu’il y a trop de personnes « perçues comme blanches ».

Burkini : signe religieux ostensible que certaines organisations musulmanes cherchent à imposer dans les piscines, avec la complicité des élus écologistes, en contradiction avec les règles d’hygiène.

Pour lire la suite, c’est ici !