Lola : quand la presse fait honte, par Ivan Rioufol

Effacer Lola. Effacer son visage. Effacer le crime atroce. Mais aussi : faire taire ceux qui s’indignent, bouleversés par la cruauté de la meurtrière, Dahbia B., qui se filmait en poseuse sapée sur TikTok. Le martyr de l’enfant, 12 ans, n’aura pas seulement révélé la farce tragique des Obligations de quitter le territoire (OQTS) et le laxisme de l’Etat face à l’immigration clandestine. Cela a déjà été dit mais il faut le répéter : Lola serait en vie si les règles d’expulsion et de contrôle avaient été appliquées par les pouvoirs publics. Avant Lola, seraient également là tous ceux qui ont péri ces derniers temps sous les coups (de couteaux généralement) d’étrangers en situation irrégulière.

Ce scandale est déjà immense. Il est à la source de l’émotion collective qui a accueilli ce crime de trop. Mais s’y ajoute, depuis, l’odieuse tentative du gouvernement et des médias d’occulter le symbole d’une vie française enlevée. L’ « indécence », cette accusation portée par la macronie et ses donneurs de leçons à cartes de presse à l’encontre de ceux qui demandent des comptes, est une insulte à l’humanisme élémentaire.

Le journalisme fait honte quand il participe à des désinformations et des intimidations visant à disqualifier des critiques contre le pouvoir et les idéologues de la diversité. Or c’est à cette obscénité que se sont prêtés de nombreux médias, en accusant « l’extrême droite » de récupérer un événement tragique sans respecter le silence du deuil. Il a notamment été avancé que les parents de Lola auraient récusé les manifestations en mémoire de leur fille. En réalité, ils n’ont jamais dit cela, comme l’a confirmé à Damien Rieu (Reconquête) un proche du cercle familial.

C’est leur parole qui a été instrumentalisée par les gardiens de l’omerta et de la censure. La malhonnêteté des sermonnaires est révoltante. Pareillement, l’épouse d’Alban Gervaise, médecin militaire égorgé à Marseille le 10 mai, a démenti avoir refusé de médiatiser ce crime, contrairement à ce qui avait été avancé à l’époque par les étouffeurs professionnels. Lola n’est pas seulement la victime d’un monstre. Ceux qui veulent enterrer le souvenir de l’enfant ont le visage de la trahison.

Ivan Rioufol

Texte daté du 29 septembre 2022 et repris du blog d’Ivan Rioufol