Meurtre de Lola. Récupération….ou colère légitime d’un peuple qui n’en peut plus ?

Comme à chaque meurtre, torture, égorgement, viol, d’une Française ou d’un Européen de souche, l’information est déplacée avec une rapidité malsaine et choquante autour du thème de la “récupération”.

Retour aux faits: alors que la France tombait sous le choc de la découverte, dans une valise, du corps mutilé de l’adolescente Lola Daviet des mains d’Algériens, M. Macron choisissait de tweeter sa solidarité… avec des manifestants indépendantistes algériens de 1961. “Des crimes inexcusables pour la République. La France n’oublie pas les victimes.” La France n’oublie pas ses victimes… tout en passant gracieusement sous silence sa dernière en date : Lola Daviet.

Pire, M. Darmanin, ministre de l’Intérieur et donc garant de la sécurité sur le sol français, partageait sa joie d’avoir assisté à un spectacle musical. Une petite fille est égorgée dans la capitale et notre ministre chante. Aucunes pensées de la part des institutions pour une famille française plongée à jamais, irrémédiablement, dans l’horreur.

Comme lors des agressions sexuelles de la Saint Sylvestre 2016 en Allemagne par des migrants et autres immigrés, c’est encore une fois sous la pression des réseaux que nos gouvernants ont daigné démontrer quelque intérêt à l’assassinat barbare de leur jeune concitoyenne.

Solidarité ? Excuses ? Messages aguerris que tous attendent dans le genre “tout sera entrepris pour trouver les responsables et les punir avec une sévérité exemplaire” ? Non. M. Darmanin dénonce “l’indécence” des personnalités politiques qui se sont exprimés sur le meurtre, Marine Le Pen, Nicolas Dupont-Aignan, et Eric Zemmour en tête.

Un moyen efficace pour déplacer le débat et ne pas répondre à la question que tous se pose : pourquoi Dahbia B. la principale suspecte, qui faisait l’objet d’une obligation de quitter le territoire depuis le 21 août dernier, était-elle encore sur notre sol ?

Oui, Mesdames et Messieurs les progressistes, vous avez bien lu : Notre sol.

Parce que les sols appartiennent aux peuples qui les ont mis en valeur, qui en ont fait quelque chose, qui ont bâti leur monde sur ce lopin de terre. Sur Notre sol, nous devons faire respecter les lois que nous avons choisies comme étant le reflet de Notre vision du monde.

Sur Notre sol, le respect de ces mêmes lois, de ses traditions, de sa façon d’être unique au monde et l’amour pour son peuple, doivent être exigés pour chaque personne qui entend y poser le pied. Sur notre sol, les dirigeants doivent imposer l’obéissance à toutes ses normes, emprisonner ou chasser qui ne s’y conforme pas. Et protéger ses citoyens.

C’est à vous, Messieurs les dirigeants, que toute une partie de France adresse aujourd’hui ses cris et exige réponse : pourquoi Lola est-elle morte ?

Les décennies d’immigration hors contrôle, de laxisme en matière de crimes et délits, les décennies de déni de racisme antiblanc, ne sont-ils pas pour quelque chose dans cette mort abjecte ?

Est-ce une instrumentalisation que de s’exprimer sur un effet concret de ce que nous dénonçons depuis des décennies ? Une atroce conséquence, pointée du doigt mais aussi soufferte, par toute une partie de la population.

Oui, toute une partie de France récupère. Car une véritable crainte est perceptible, dans cette partie de France qui évolue dans une société où “l’ensauvagement” n’est pas le thème du dernier exam de sociologie, mais le quotidien. Qui n’a pas attendu que “les têtes pensantes” des universités viennent mettre un nom sur ce qu’elle vit comme l’insécurité de tous les jours…tout en sachant que ses enfants sont en première ligne. Les “petits Blancs” des villes, des banlieues et de certaines campagnes maintenant, qui n’ont hélas connu que cette réalité-là : la France orange mécanique.

Oui, il y a une part de France qui a véritablement ressenti une empathie pour la petite Lola. Une part de France qui considère Lola comme sa sœur, sa fille, sa voisine. Qui éprouve un amour sincère, une solidarité profonde pour ses semblables. Cette empathie que les bobos dans leur tour d’argent et leur petit monde fermé fait de slogans politiquement corrects déconnectés de la réalité, admirent chez les autres peuples, mais nient pour les nôtres. Les Autres avant les nôtres disent-ils.

Nous le crions haut et fort : les Nôtres avant les autres.

Dans plusieurs villes de Bretagne et de France, samedi auront lieu des rassemblements citoyens demandant Justice pour Lola et toutes les victimes innocentes de l’immigration. Soyons nombreux.

Audrey D’Aguanno

Tribune reprise de Breizh-info.com