De Stockholm à Rome, par Jean-Gilles Malliarakis

En moins de 15 jours, au nord comme au sud du Vieux Continent, deux peuples européens ont marqué, de la même manière, leur rupture avec l’idéologie dominante. Les Suédois le 11 septembre, suivis des Italiens le 25, ont donc mal voté, en faveur des alliances formées entre les partis nationaux, conservateurs et libéraux.

Personne ne saurait remettre en cause, dans les deux cas, la régularité du choix opéré par le suffrage universel;

Aucun des partis vainqueurs, ni les « Démocrates de Suède », ni bien entendu les conservateurs, les chrétiens-démocrates et les libéraux scandinaves, pas plus que Fratelli d’Italia, la Lega ou Forza Italia ne remettent en cause les institutions des deux pays, ni même ne prétendent déchirer les traités européens, comme le promettaient déjà en 1957 les gaullistes… qui s’empressèrent de les ratifier, après le retour au pouvoir du général De Gaulle en 1958…

On a d’ailleurs sur-interprété les propos maladroits de la présidente de la Commission rappelant que si une voie « difficile » apparaissait il existait des moyens de pression. La victoire d’une majorité solide en Italie, pays actuellement surendettée, à concurrence de 150 % ne s’apprête pas à déstabiliser la zone euro, mais au contraire à mettre de l’ordre dans les finances publiques : de ce point de vue, le budget que Mme Borne, et MM. Macron et Le Maire se proposent de faire voter créera une situation beaucoup plus « difficile ». Comportant 5 % de déficit public, portant la dette française à plus de 3 000 milliards, supportant 51 milliards de charge d’emprunt, il devra être négocié devant une Assemblée nationale où n’existe pas de majorité…

Ce 26 septembre dès le matin, on apprenait la déroute, sans précédent depuis 1946, des partis traditionnels italiens de la gauche, de l’extrême gauche et du centre-gauche. Recul également du conglomérat « dégagiste » Cinq étoiles. Comme prévu les sirènes antifascistes rouillées ont immédiatement répété à l’identique leurs vieilles antiennes, inventées en 1935 par le VIIe congrès du Komintern, jamais renouvelées, semble-t-il, depuis la mort de Dimitrov et de son maître Joseph Staline.

Rien ne ressemble moins, pourtant, à la marche sur Rome de 1922, 100 ans plus tard, que ces élections de 2022, assurément démocratiques. Elles ont été marquées seulement par un taux d’abstention considéré comme préoccupant à hauteur de 36 %, – alors que les élections législatives françaises du 19 juin ont enregistré 52,5 % au premier tour et 53,8 % au second… Où donc se situe la crise de la démocratie ?

Rien n’est plus éloigné, non plus, de la Doctrine du fascisme publiée par Mussolini, de son socialisme autoritaire, des affiches de la guerre d’Ethiopie le portraiturant en cavalier de l’islam et de sa préoccupation de l’émigration de sa « nation prolétaire » en quête d’empire – que la résistance identitaire inverse, opposée à l’immigration incontrôlée et à l’islamisation de l’Europe, de moins en moins rampante, de plus en plus conquérante.

Le monde a totalement changé : la seule chose qui ne changera jamais c’est la bêtise humaine à laquelle une certaine gauche sacrifie.

Soulignons que la victoire de Giorgia Meloni est d’abord celle d’une coalition des droites, rejetant les excès de la gauche, et notamment la faiblesse face à l’insécurité. Idem en Suède, pays autrefois présenté comme la vitrine de la sociale démocratie.

Fratelli d’Italia obtient un pourcentage record de 26 % des voix. L’ensemble recueille en tout 44 %. Ses principaux alliés la Ligue de Matteo Salvini, et Forza Italia de Silvio Berlusconi obtiennent respectivement 9 % et 8 %, le reste, soit environ 3 %, se reporte sur des petites formations de centre droit. On ne connaît pas encore la répartition exacte des députés et sénateurs élus au scrutin uninominal qui composeront 37 % des assemblées. La complexité de cette loi électorale hybride, voulu par les majorités sortantes, n’ont pas permis que l’on nous dise dès maintenant son résultat global. Mais l’on sait déjà que les droites se présentaient unies dans chacune des circonscriptions, alors que leurs adversaires demeuraient divisés, ce qui conduira sans doute à une majorité encore plus forte.

L’Italie, pays où la dénatalité atteint des records, a besoin d’un gouvernement réhabilitant la famille, que cela plaise ou non à Mme Borne. L’Europe de demain aura besoin d’une Italie forte, bienvenue par conséquent au nouveau gouvernement de Rome.

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent