Toujours plus d’immigration à prévoir pendant le 2e quinquennat Macron, par Paul Tormenen

L’immigration extra-européenne arrivant en France a été durant le premier quinquennat d’Emmanuel Macron d’une ampleur inégalée depuis plusieurs décennies. Le président de la République a même réussi à surpasser le socialiste François Hollande en la matière. Son deuxième mandat démarre sur les chapeaux de roue : plusieurs décisions politiques récentes conduisent à penser que dans ce domaine, ce sera encore toujours plus, toujours plus d’immigration extra-européenne.

Une très forte progression de l’immigration extra-européenne

L’immigration extra-européenne a atteint en France des niveaux extrêmement élevés durant le premier mandat présidentiel d’Emmanuel Macron. De 2017 à 2021, les autorités françaises ont délivré 1,2 millions premiers titres de séjour à des étrangers extra-européens, alors que pendant le mandat de F. Hollande, de 2012 à 2016, ils ont été au nombre de 1 054 909.
Alors que sous la présidence de F. Hollande, 348 770 demandes d’asile ont été déposées en France, il y en a eu 611 404 pendant le premier mandat présidentiel d’E. Macron, soit une augmentation de 75% entre les deux quinquennats.
Dans le même temps, le nombre d’éloignements d’étrangers en situation irrégulière entre 2017 et 2021 n’a été que de 121 231, alors que 145 812 éloignements ont été organisés sous le mandat de F. Hollande (1).
Plusieurs décisions politiques récentes conduisent à penser que le deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron qui vient de débuter va être marqué par une accélération de l’immigration extra-européenne à destination de la France.

Le nombre de saisonniers forte hausse

Sous l’impulsion de l’Union européenne, le gouvernement français a ouvert les vannes à l’immigration de travail en simplifiant les procédures de demandes de titre de travail, notamment pour les emplois saisonniers.

Le résultat ne s’est pas fait attendre : alors qu’en 2012, les autorités françaises avaient délivré un millier d’autorisations de travail pour des emplois saisonniers, leur nombre a atteint cette année 22 000 à fin juillet selon la Direction Générale des Etrangers en France (2). Les saisonniers marocains sont les plus nombreux parmi les bénéficiaires de ces titres de travail, demandés principalement pour travailler dans le secteur de l’agriculture et dans celui de l’hôtellerie-restauration.

Si le directeur de l’Office Français de l’Immigration et de l’Intégration estime que « faire appel à des saisonniers étrangers est une solution de facilité », il suggère de favoriser l’accès… des réfugiés à ces emplois (3).

Cette politique passe une nouvelle fois sous silence la question de l’activation des dépenses sociales – en clair, remettre des chômeurs français au travail – et celle du coût du travail et de l’amélioration des conditions de rémunération de certains emplois en France. L’immigration est une « solution » de facilité toujours très prisée sous le régime Macron.

Un nombre record d’étudiants étrangers en France

En 2019, le premier ministre a annoncé une série de mesures visant à augmenter considérablement le nombre d’étudiants étrangers en France. Il fixait comme objectif d’accueillir 500 000 étudiants étrangers à l’horizon 2027, notamment en facilitant les inscriptions, en appliquant des frais d’inscription « différenciés », en démultipliant des exonérations et en augmentant les bourses d’études. Toutes ces mesures payées par le contribuable français, bien évidemment (4).

L’objectif fixé par le premier ministre a de fortes chances d’être atteint rapidement. Le seuil des 400 000 étudiants étrangers a été franchi durant l’année universitaire 2021-2022 (5). Parmi ceux-ci, on compte un nombre important d’étrangers issus de pays extérieurs à l’Union européenne qui ont obtenu un visa pour étudier dans notre pays. En 2021, les autorités françaises ont ainsi délivré 79 424 visas pour études. La progression entre 2019 et 2021 du nombre de visas délivrés pour études est particulièrement marquée pour les ressortissants de pays d’Afrique du nord (+24%) et pour ceux d’Afrique subsaharienne (+35%). Les plus gros contingents d’étudiants étrangers viennent du Maroc (44 933 étudiants) et d’Algérie (29 333) (6).

Quand il évoque sa politique d’accueil massif d’étudiants étrangers, le gouvernement reste muet sur de nombreuses questions : le pillage des cerveaux des pays tiers en raison des nombreux étrangers qui restent en France une fois leurs études terminées, le jeu de bonneteau avec l’important contingent des jeunes Français qui s’expatrient une fois leurs études terminées, le coût pour le contribuable français des prises en charge des bourses et des coûts de formation, l’orientation contre leur gré de bacheliers français vers une formation faute de place et des bacheliers laissés sur le carreau par la plateforme Parcoursup, et, in fine, la réalité du bénéfice pour la France à accueillir tant d’étudiants étrangers (7).

Toutes ces questions sont absentes de l’argumentaire du gouvernement annonçant le cap de 500 000 étudiants étrangers à l’horizon 2027. Il préfère se gargariser de formules ronflantes et simplistes sur le « rayonnement de la France ».

Pour lire la suite, c’est ici !