Les légèretés de la macronie vont coûter cher aux Français, par Ivan Rioufol

Comment les prendre au sérieux ? Comme leur faire confiance ? Les dirigeants politiques de ces dernières décennies conduisent le pays à la catastrophe. Le mépris qu’ils portent aux gens ordinaires et au bon sens est proportionnel à leur légèreté et leur manque de discernement. Après avoir, d’autorité, ouvert la France à une colonisation extra-européenne qui met en péril d’unité nationale, après avoir fait de l’Ecole « pédagogique » et « inclusive » un champ de ruine, après avoir endetté les générations futures pour acheter dans l’urgence une paix sociale, voici venu, avec la macronie, le temps des coupures possibles de gaz et d’électricité dès cet hiver. Le russe Gazprom, en réplique aux sanctions européennes contre l’offensive Russe en Ukraine, suspendra totalement ses livraisons de gaz à Engie dès ce jeudi.

Lundi, le premier ministre, Elisabeth Borne, a menacé les entreprises d’un rationnement : « Si chacun ne prend pas sa part, des coupures brutales pourraient avoir lieu du jour au lendemain, avec de graves conséquences économiques et sociales ». Le prix de l’électricité, qui était il y a un an de 85 euros le mégawattheure, atteint 1300 euros. Il pourrait dépasser les 2000 euros. Or c’est Borne, alors ministre de la transition écologique, qui justifiait en 2019 l’arrêt de 14 réacteurs nucléaires, en vue d’une réduction de la part du nucléaire à 50% en 2035, selon le vœu absurde des écologistes. Elle expliquait, à la suite d’Emmanuel Macron : « Cela ne posera pas en soi un problème de sécurité d’approvisionnement ». Ces gens-là n’entendent pas s’excuser.

L’inventaire des bêtises de la pompeuse macronie reste à dresser. Retenons déjà le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire. Il avait déclaré, le 1er mars 22 : « Nous allons provoquer l’effondrement de l’économie russe », en riposte à l’agression de Poutine contre l’Ukraine. En réalité, ce sont les Européens, et singulièrement les Français de la classe moyenne, qui vont subir les conséquences de la déraison des va-t-en-guerre, à travers une inflation que le gouvernement va tenter, par des aides financées par l’emprunt, de faire supporter par les générations suivantes.

N’oublions pas la propagande mensongère du gouvernement sur les vaccins anti-Covid : « Tous vaccinés, tous protégés » ; « Se faire vacciner, c’est se protéger et protéger les autres ». Les nombreux multi-vaccinés qui ont attrapé le Covid cet été sont en droit de se sentir floués, ainsi que ceux qui ont été contaminés par eux. Décernons néanmoins un encouragement à Gérald Darmanin qui, après avoir soutenu le 28 juillet 2020 : « Je suis à 100.000 lieues de faire le lien entre immigration et insécurité » et après avoir nié la responsabilité des racailles de Seine-Saint-Denis dans les violences passées au Stade de France, a admis le 21 août : « Il y a une part importante de la délinquance qui vient de personnes immigrées (…) Nous avons un problème de délinquance étrangère » (48% à Paris, 55% à Marseille). Et si les « élites » politiques commençaient par se remettre en question, ouvrir les yeux et réfléchir au-delà des clichés ?

Ivan Rioufol

Texte daté du 30 août 2022 et repris du blog d’Ivan Rioufol