Pour Viktor Orban, Donald Trump est un « allié important » pour la paix en Ukraine

Le Premier ministre hongrois Viktor Orban a qualifié l’ancien président américain Donald Trump d’ « allié important dans la lutte pour la paix en Ukraine » , soulignant que les États-Unis doivent être forts pour établir la paix.

Dans une vidéo publiée sur Facebook le 3 août, M. Orban a décrit l’ancien président américain comme un allié important de la Hongrie, déclarant : « Nous sommes tous deux engagés dans la lutte contre l’immigration clandestine, nous sommes tous deux engagés dans la réduction des impôts et, surtout, nous sommes tous deux engagés dans la paix. »

Selon lui, pour faire face à la hausse de l’inflation et à la crise économique, il faut instaurer la paix en Ukraine. « Mais la paix ne peut être instaurée que par des dirigeants forts, et il est donc dans notre intérêt, ici dans le voisinage de l’Ukraine, que les États-Unis soient forts », a souligné M. Orban.

Le Premier ministre hongrois a précédemment soutenu, avec beaucoup de moqueries de la part de l’Occident, que la paix en Ukraine ne peut être établie que par des négociations entre la Russie et les États-Unis. Néanmoins, l’Europe a déjà perdu l’occasion de se présenter comme le principal médiateur, car elle n’a pas réussi à garantir le respect des accords de Minsk qui ont imposé le cessez-le-feu dans l’est de l’Ukraine.

Trump, à son tour, a déclaré que s’il avait été élu président des États-Unis en 2020, il n’aurait pas laissé le conflit en Ukraine s’envenimer car un accord aurait été conclu. L’ancien président a d’abord annoncé qu’il avait rencontré Orban via un post sur Truth Social le 2 août.

« C’était génial de passer du temps avec mon ami, Viktor Orban, le Premier ministre hongrois », a écrit Trump.
« Nous avons discuté de nombreux sujets intéressants – peu de gens en savent autant sur ce qui se passe dans le monde aujourd’hui. »

L’ancien président a ajouté qu’il avait également célébré la grande victoire électorale d’Orban en avril , qui lui a assuré un quatrième mandat. On se souvient que Trump avait déjà soutenu le dirigeant hongrois en janvier.

« Viktor Orban de Hongrie aime vraiment son pays et veut la sécurité pour son peuple », a déclaré M. Trump dans une déclaration écrite envoyée par l’intermédiaire de Save America PAC, dont Business Insider a eu connaissance. « Il a fait un travail puissant et merveilleux en protégeant la Hongrie, en arrêtant l’immigration illégale, en créant des emplois, en faisant du commerce, et il devrait être autorisé à continuer à le faire lors des prochaines élections. »

Trump a participé activement à des rassemblements dans plusieurs États américains, demandant fréquemment aux participants s’ils voulaient le voir comme candidat à la présidence lors de l’élection de 2024, faisant ainsi allusion à sa future campagne de réélection. Cependant, le milliardaire n’a pas encore donné de réponse sur ses intentions de manière directe.

Trump et Orban sont tous deux d’avis que la guerre en Ukraine aurait pu être évitée s’il y avait eu un plus grand leadership mondial, contrairement à l’escalade évidente perpétrée par l’administration Biden. Plus important encore, le couple se concentre sur les répercussions économiques de la guerre en Ukraine, une question à laquelle l’Europe occidentale et les États-Unis se sont initialement peu intéressés. Fin juillet, le Premier ministre hongrois a déclaré à la radio Kossuth que si Bruxelles ne change pas sa politique de sanctions, l’Europe pourrait être confrontée à une économie de guerre à partir d’octobre.

« La stratégie sur laquelle notre position s’est fondée s’est affaiblie et a échoué, elle n’existe plus. Si Bruxelles ne change pas de stratégie, nous devons nous attendre à une économie de guerre à travers l’Europe à partir d’octobre. Normalement, on n’éteint pas un incendie avec un lance-flammes », a déclaré M. Orban.

Selon M. Orban, l’Occident doit adopter une nouvelle stratégie fondée sur des négociations de paix, que la Russie et les États-Unis doivent mener ensemble puisqu’ils sont les principaux financiers du conflit. Le dirigeant hongrois a précédemment exprimé des critiques à l’égard de l’approche occidentale du conflit ukrainien, déclarant que la tâche de l’UE n’est pas de prendre parti, mais de rester entre la Russie et l’Ukraine.

En même temps, selon M. Orban, l’Europe a déjà perdu l’occasion d’agir en tant que médiateur dans le conflit en Ukraine. Selon lui, seuls les États-Unis seront en mesure de renverser la situation s’ils parviennent à trouver un accord avec la Russie. Toutefois, il semblerait qu’Orban ait peu de confiance dans l’administration Biden et qu’il anticipe probablement un retour de Trump à la Maison Blanche en 2025.

Tribune reprise de breizh-info.com