Mi-Ganelon mi-Tartuffe, Gérald Darmanin reste égal à lui-même

Ne trouvez-vous pas que le surnom de Ganelon irait comme un gant à Gérald Darmanin ? N’est-il pas l’archétype du félon ? En tout cas, son parcours politique témoigne de sa capacité à retourner sa veste en fonction de ses intérêts. Mais sa personnalité est si variée qu’on ne peut l’associer à un seul personnage littéraire. Les élections législatives n’ayant pas donné le résultat espéré par la majorité présidentielle, le voilà contraint d’en tirer les leçons et, par la même occasion, de faire la leçon à la Macronie. Ses propos de circonstance ne peuvent convaincre que ses fans, les autres y verront une marque d’hypocrisie.

Dans un entretien au journal Le Monde, Gérald Darmanin estime que les macronistes doivent « corriger » certains « comportements ». Certes, ils incarneraient le camp de la « raison » et de la « technique », ce qui laisse entendre que les autres courants politiques sont incapables de proposer des mesures rationnelles et efficaces, mais cela ne suffit pas : « Nous devons parler aux tripes des Français », ajoute-t-il, précisant son propos : « N’être que dans l’émotion, c’est démagogique. Mais n’être que dans la rationalité, c’est parfois être éloigné de ce qui fait le principal de la politique, c’est-à-dire les gens. »

Pour être proche des « gens », il faut « plus de bistrots, moins de visio ». Les Français « ont réélu le président de la République et ils ont voulu une Assemblée nationale qui le soutienne, mais avec la culture du compromis ». Il faut donc discuter avec les oppositions, « montrer à l’opinion que le gouvernement a entendu avec humilité le résultat des urnes ». Pas question, cependant, de « faire des alliances avec le RN et LFI », qui « divisent et exploitent les peurs ». Il choisit son opposition : « Nous devons trouver un compromis avec les partis de gouvernement. » Seuls sont fréquentables les partis, ou ce qu’il en reste, dont les troupes se sont déjà largement ralliées à Macron. Autant dire que les compromis, s’il y en a, seront réduits à la portion congrue.

Ces propos révèlent, s’il en était besoin, que Darmanin pratique la direction d’intention chère aux casuistes et que cette contrition est bien hypocrite. Il n’est aucunement question de changer de cap, mais simplement de donner le change. On exhibe sa volonté de dialogue, mais on se fiche éperdument, dans les sphères du pouvoir, de ce que pensent la majorité des Français. On en devine les objectifs : si jamais il y a blocage, ce ne sera pas la faute du gouvernement, mais celle de ses opposants qui ont refusé la main si généreusement tendue.

Notre jeune ministre de l’Intérieur est content de lui. Après le fiasco du Stade de France, il minimise ses erreurs. « On a loupé quelque chose, c’est évident », reconnaît-il, mais il en a aussitôt tiré les conséquences en triplant « les effectifs des BAC et de sécurité publique, à Saint-Denis, lors de grands événements ». Il montre ses muscles en déclarant vouloir « permettre l’expulsion de tout étranger reconnu coupable d’un acte grave par la justice, quelle que soit sa condition de présence sur le territoire national », n’expliquant pas pourquoi rien n’a été fait dans ce sens pendant le mandat précédent.

Gérald Darmanin se dit résolu à accomplir son devoir. On pressent qu’il ne refuserait pas de prendre la place d’Élisabeth Borne, si jamais le gouvernement devait être plus largement remanié. Il jure ses grands dieux qu’il ne songe pas à se positionner pour prendre, en 2027, la succession de Macron. Ce Ganelon de la politique, mêlé de Tartuffe et de Matamore, a déjà l’arrogance et le cynisme de son maître : sans doute n’hésiterait-il pas à le trahir, si d’aventure le vent tournait.

Philippe Kerlouan

Tribune reprise de Boulevard Voltaire