Ni justice laxiste, ni État policier : la solution de l’identité !, par Clément Martin (Les Identitaires)

Le 4 juin dernier, des policiers ouvraient le feu sur une voiture dont le conducteur refusait d’obtempérer à un contrôle pour défaut du port de la ceinture de sécurité. L’homme de 38 ans, qui a plus de 80 mentions à son casier judiciaire, en sort grièvement blessé. Malheureusement, la passagère avant, âgée de 21 ans, est décédée d’une balle dans la tête.

Comme d’habitude, le récit médiatique est binaire : selon son bord politique, on est sommé de soutenir ou de condamner la police, sans poursuivre plus loin l’analyse.

Mais un tel réflexe doit être abandonné si l’on souhaite que la France renoue avec l’ordre et la liberté, et non pas l’un ou l’autre.

L’archipel français comme champ de bataille des tribus politiques

Bien souvent, lors de ce genre d’affaires, le discours médiatique est segmenté en deux : chaque récit s’adresse à une partie de la société archipellisée qu’est la France. Selon qu’on soit de la tribu de gauche (multiculturaliste et pseudo-libertaire) ou de la tribu de droite (assimilatrice et sécuritaire), on peut donc facilement trouver une interprétation politique des faits qui conforte sa vision du monde. Pour la tribu de gauche, cette affaire révèle bien évidemment l’impunité et la culture de l’ultraviolence de la police. Celle-ci, motivée par sa toute-puissance et par ses biais systémiques (dans le cas présent, le racisme) se permet de tirer gratuitement sur un individu, causant la mort d’une innocente. Soutenir la police, c’est préparer la dictature fasciste. Pour la tribu de droite, l’analyse est complètement différente : acculés, les policiers n’ont eu d’autre choix que de faire usage de la force létale pour faire respecter l’ordre. Certes, la mort d’une innocente est regrettable, mais c’est le prix à payer pour que les criminels ne prennent pas le contrôle de nos rues. Sans cela, c’est l’anarchie qui guette.

Chacun accuse l’autre de présenter une version tronquée des faits, de manipuler l’information et de préparer par son discours la mise en place d’un pouvoir tyrannique en France. Il semble impossible de proposer une analyse qui serait libérée de ces entraves partisanes.

L’anarcho-tyrannie comme synthèse des violences

D’une certaine façon, les deux tribus ont raison et les deux tribus ont tort : d’un côté, les années récentes ont démontré à quel point la répression policière en France devenait endémique (écrasement brutal des mouvements populaires tels que les Gilets jaunes, application zélée des mesures sanitaires liberticides, bavures récurrentes). Le phénomène est bien documenté aux États-Unis, où l’on assiste à une véritable « militarisation » de la police, dans son équipement, ses méthodes ou sa culture. De l’autre côté, il est certain que, dans le même temps, l’atmosphère française devient baignée par la violence et l’insécurité au quotidien : année après année, ce sont des rues, puis des quartiers et parfois certaines villes qui deviennent impossibles à fréquenter selon l’heure, selon qu’on soit un « Gaulois » ou selon qu’on soit une femme. L’ensauvagement causé par l’immigration et le laxisme judiciaire semble inarrêtable, la domination des caïds se conjuguant très bien à celle des imams et des leaders politiques. Les deux formes de violence sont donc bien réelles. S’agit-il alors de devoir en choisir une plutôt qu’une autre ? Non, il s’agit au contraire de révéler le phénomène commun aux deux pour s’en débarrasser. Refuser l’État policier comme l’anarchie de l’insécurité.

Ni dictature, ni anarchie : l’identité

L’origine commune de ces violences, c’est bien entendu l’immigration délirante qui inonde notre continent depuis près de 50 ans. Elle transforme nos rues en pistes de rodéo, nos trottoirs en péages féodaux pour celui qui croiserait la route d’un racketteur en puissance et nos rames de métro en cours des miracles mobile. En réaction, les forces de police ont recours à des méthodes plus expéditives et à une hausse de leur niveau d’agressivité : le niveau de violence moyen augmentant, il est requis qu’ils deviennent de plus en plus prêts à faire preuve de leur violence pour faire respecter la loi. Mais le problème réside justement dans les moyennes : mécaniquement, les populations les plus honnêtes feront régulièrement les frais de ce recours à la violence de l’État, calibré pour des populations criminogènes. Rapidement, les forces de l’ordre censées punir les délinquants et criminels et garantir la sérénité des citoyens honnêtes se retrouvent à tyranniser ces derniers et à faire preuve de complaisance envers les éléments les plus perturbateurs.

Alors que chacune des deux tribus est motivée par une intuition saine (éviter une dictature policière et se prémunir d’une tyrannie des criminels), elles travaillent, main dans la main, sans le savoir, à la mise en place d’une anarcho-tyrannie qui additionne les deux dystopies en une, et ce par leur refus de mettre un terme à l’immigration.

Afin de discipliner des populations incapables de se plier aux règles d’une société européenne, on amoindrit les libertés et on compte les innocents, qui tombent sous les feux croisés des forces de l’ordre et des bandes criminelles.

Cette situation ne peut plus durer. La remigration, c’est à la fois le refus de l’État liberticide et de la sauvagerie. C’est l’horizon politique de ceux qui chérissent l’ordre autant que la liberté. C’est l’arrêt de la tiers-mondisation de l’Europe et le retour à la civilisation européenne.

Clément Martin

Texte repris du site de : Les Identitaires