Après les élections présidentielle et législatives – Le retour au galop de la dictature sanitaire ?

Comme nous le prévoyions, la mise en sourdine du discours catastrophiste sur l’épidémie de coronavirus et la suspension de la quasi-totalité des restrictions sanitaires dans notre pays n’auront guère duré que le temps des campagnes électorales. En effet, la présidentielle et les législatives étant maintenant presque derrière nous, l’occupant de l’Elysée ayant été réélu haut la main par des millions de Français décidément peu rancuniers, le gouvernement et les grands médias de la Macronie se remettent déjà à brandir la menace d’une nouvelle vague épidémique qui pourrait « nécessiter » le retour de la dictature sanitaire en France.

Des chiffres qui ne veulent rien dire

Ainsi, en publiant jeudi ses derniers chiffres, le ministère de la Santé s’est-il inquiété d’une hausse de 20 % du nombre de tests de dépistage enregistrés dans notre pays au cours des 15 derniers jours. Une augmentation qui, a-t-il précisé, coïncide avec un doublement des contaminations durant la même période. En même temps, France Info invitait l’épidémiologiste et partisan de la dictature sanitaire Antoine Flahault, pour nous expliquer que « cela ressemble à une nouvelle vague » et « que la tendance est actuellement la même dans presque tous les pays d’Europe de l’Ouest ». Il est vrai que, de l’autre côté du Rhin, par exemple, le gouvernement Scholz a d’ores et déjà appelé les personnes les plus fragiles à effectuer une quatrième dose de vaccin et averti qu’il y aurait « moins de relâchement pendant les prochaines semaines »… Mardi, Olivia Grégoire, porte-parole du gouvernement Borne, avait quant à elle déjà expliqué que ce dernier restait « extrêmement vigilant », annonçant au passage que le conseil des ministres étudierait le 22 juin les mesures que l’exécutif entend maintenir après la fin du régime de sortie de l’état d’urgence sanitaire, prévue le 31 juillet.

Le passe sanitaire, arme politique

Reste que, si l’on regarde d’un peu plus près les chiffres, ce « doublement » des contaminations observé par le ministère au cours des deux dernières semaines n’a en rien impacté les hôpitaux français, qui ont même vu fortement reculer le nombre de leurs « patients Covid » sur la même période ! Autrement dit, il semble que cet « affolement » relève davantage de la volonté du gouvernement de serrer à nouveau la vis du peuple français que de le protéger contre un prétendu retour de la pandémie. Un rêve orwellien qu’il partage visiblement avec le régime communiste chinois – dont il s’est d’ailleurs beaucoup inspiré lors de la crise du Covid (confinement strict, port du masque obligatoire…) – qui a réussi à faire aujourd’hui du passe sanitaire une véritable arme politique. C’est ainsi que, durant ces derniers jours, de nombreux Chinois qui souhaitaient manifester à Zhengzhou contre le gel arbitraire de leurs avoirs par plusieurs banques depuis la mi-avril, se sont aperçus – ô surprise… – que leur passe sanitaire avait brusquement viré au rouge, et étaient donc contraints d’observer une quarantaine stricte ! De quoi donner des idées à notre « Jupiter » national…

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 17 juin 2022