Le Royaume-Uni et l’accord rwandais : un exemple pour la remigration, par Clément Martin (Les Identitaires)

En avril dernier, le gouvernement de Boris Johnson signait un accord avec le Rwanda, selon lequel ce dernier accueillerait les clandestins expulsés du territoire britannique contre rémunération. 120 millions de livres d’abord, complétés par des sommes supplémentaires en fonction du nombre de clandestins récupérés[1]. Cette politique audacieuse est un exemple concret de la remigration, cet ensemble de mesures prônées par les Identitaires depuis 2016.

Grande-Bretagne, Australie… L’anglosphère en première ligne de la lutte contre l’invasion

Le gouvernement de Boris Johnson a justifié cette mesure par la constance de la crise migratoire qui frappe le Royaume-Uni depuis plusieurs années déjà (pour cette année, on dénombre plus de 10 000 traversées de la Manche). Comme partout en Europe, cette arrivée massive de clandestins d’Afrique et du Moyen-Orient se solde par des problèmes sécuritaires, économiques et identitaires majeurs.

Le principe de l’accord avec le Rwanda est élémentaire : en échange d’une rétribution économique, le pays d’accueil s’engage à recevoir les clandestins expulsés et à les intégrer à la communauté nationale. Les clandestins pourront quant à eux faire le choix de demander la nationalité ou de partir tenter leur chance ailleurs.

L’intérêt pour les deux parties est évident : permettre au Royaume-Uni de mettre un terme au chaos migratoire et faciliter considérablement leur développement pour les pays accueillants.

La loi britannique prévoit également des mesures supplémentaires : la consigne sera donnée aux garde-côtes d’expulser les embarcations de clandestins qui naviguent sur les eaux territoriales britanniques et de reconduire leurs équipages dans des centres de rétention situés à l’étranger. L’inspiration de la politique du No Way australien, adoptée en 2014, est évidente. C’est d’ailleurs une excellente chose, puisque la politique australienne avait immédiatement porté ses fruits. En septembre 2014, le Premier ministre australien Tony Abbott avait annoncé qu’une seule embarcation avait réussi à atteindre les côtes australiennes cette année-là, contre 20 000 clandestins l’année précédente[2]. Un succès triomphal.

Les pays issus de l’empire britannique ont été parmi les premiers à faire le choix de l’invasion migratoire et du cataclysme multiculturel. Trump en Amérique, le No Way australien ou l’accord rwandais de Boris Johnson indiquent que ces pays sont prêts à tourner la page et à se battre pour commencer la lutte politique pour la préservation de leur identité.

La levée de bouclier des forces immigrationnistes

Sans surprise, l’opposition dogmatique et sectaire de la gauche ne s’est pas fait attendre : diverses officines droitdelhommistes ont pesté contre cette mesure, jugée « inhumaine », comme Stand For All, qui considère que cette politique « fera souffrir tout en gaspillant d’énormes sommes d’argent public ».

Ces déclarations ne sont que des prétextes mal dissimulés : les associations immigrationnistes sont beaucoup moins regardantes quant à l’état des finances publiques lorsqu’il s’agit de dilapider des milliards pour recueillir des clandestins qui, à l’évidence, ne parviennent jamais à contribuer à l’économie du pays qui les accueille. Sans compter que l’inhumanité présumée du rejet des masses d’immigrés illégaux fait pâle figure à côté de l’inhumanité bien réelle subie par les Européens qui doivent souffrir des conséquences violentes et souvent meurtrières de la vie à côté des mineurs isolés, surreprésentés dans l’insécurité et la criminalité du quotidien.

La monarchie s’en est même mêlée : l’héritier de la Couronne aurait fait part de sa consternation en privé. La monarchie britannique, qui a toujours fait preuve d’un silence complice et coupable quant à l’invasion migratoire subie par le peuple qu’elle est censée protéger sort de son mutisme habituel pour affirmer sa fidélité au dogme multiculturaliste. Preuve s’il en est que la forme du gouvernement et de l’État compte bien moins que sa volonté de préserver l’identité de sa patrie.

Le système judiciaire britannique a défendu la mise en place de l’accord contre les oppositions des associations immigrationnistes. Malheureusement, la Cour européenne des droits de l’homme a empêché, par une mesure d’urgence, le premier vol d’avoir lieu[3], à la suite d’un recours déposé par un clandestin irakien. Le gouvernement britannique a cependant annoncé qu’il préparait déjà le prochain vol et examinait toutes les solutions légales possibles pour ne pas subir les entraves futures de la CEDH.

En 1968, le célèbre discours des « rivières de sang » du député conservateur Enoch Powell avait fait scandale. Conspué par la classe politique est culturelle d’alors, il était le prophète de ce qu’allaient vivre les Britanniques. 54 ans plus tard, le système politique fait preuve de courage et tente d’infléchir la trajectoire, comme les Australiens 8 ans plus tôt. Malgré les obstacles sur sa route, l’anglosphère semble être en pointe de la lutte contre l’invasion migratoire. Il est temps que l’Europe continentale de l’Ouest se joigne au mouvement.

[1] https://information.tv5monde.com/info/le-rwanda-signe-un-accord-avec-londres-pour-accueillir-sur-son-territoire-des-migrants
[2] https://www.francetvinfo.fr/monde/asie/no-way-la-campagne-sans-concessions-de-l-australie-contre-les-migrants-clandestins_720529.html
[3] https://www.lematin.ch/story/echec-dune-tentative-dexpulsion-de-migrants-vers-le-rwanda-328442574663

Clément Martin

Texte repris du site de : Les Identitaires