« Restaurer le politique » Jean-Yves Le Gallou présente le colloque de l’Institut Iliade

Ce samedi 2 avril, l’Institut Iliade organise son grand colloque annuel. Cette année, le thème le suivant : « Restaurer le politique – Identité, souveraineté, sacré ». Pour s’inscrire à cet événement exceptionnel, rendez-vous à cette adresse : https://institut-iliade.com/iliade/colloque-iliade-2022/.
Découvrez l’entretien accordé par Jean-Yves Le Gallou, co-fondateur de l’Institut Iliade et président de la Fondation Polémia, au quotidien Présent.

Présent : Vous organisez le samedi 2 avril le neuvième colloque de l’Institut Iliade, une semaine avant le premier tour de l’élection présidentielle. Que recouvre un tel contexte pour le combat civilisationnel qui est le vôtre ?

Jean-Yves Le Gallou : L’Institut Iliade n’est pas hors sol. Il s’inscrit dans la longue durée mais il prend aussi en compte l’actualité. Et deux aspects au moins du combat civilisationnel figurent à l’ordre du jour de l’élection présidentielle : la question du Grand Remplacement ethnique et civilisationnel et celle de la guerre russo-ukrainienne. Qui prend les traits d’un choc de civilisation : la géopolitique américaine opposant monde atlantique et monde orthodoxe (Brezinski, Huntington) se confrontant à la géopolitique eurasiatique solidarisant la Russie avec sa base arrière asiatique (Dougine). Pour le plus grand malheur de l’Europe de l’Atlantique à l’Oural et des peuples européens.

Présent : Le colloque se penche sur la question du politique sous sa triple dimension « Identité – Souveraineté et Sacré ». L’Institut Iliade n’étant pas un mouvement politique, les auditeurs ne doivent-ils s’attendre qu’à des interventions théoriques ?

Jean-Yves Le Gallou : Certaines interventions auront des côtés très pratiques : je pense, par exemple à celle de Frédéric Rouvillois : « Reprendre le pouvoir aux juges ». Et sur « Ethnos et polis » gageons que Renaud Camus ne gardera pas sa langue dans sa poche ! Ceci étant l’objectif de l’Iliade est d’apporter des éclairages, des éléments de réflexion non d’élaborer un programme électoral (c’est un autre exercice…) ni de donner des consignes de vote. Mais après tout « Souveraineté, identité, sacré » est une bonne grille de lecture pour éliminer le pire et choisir le meilleur. La question identitaire étant à nos yeux la question primordiale. Soyons clair à cet égard, le combat identitaire ne se résume pas à un combat électoral trop souvent piégé par les médias mais il reste l’un des champs de bataille politique et idéologique qui ne peut être déserté.

Présent : Qui sont les invités exceptionnels qui s’exprimeront à la tribune cette année ?

Jean-Yves Le Gallou : Comme à l’accoutumée il y aura un superbe plateau. De grands intellectuels : Alain de Benoist, Michel Maffesoli, Paul-Marie Couteaux, Renaud Camus, Javier Portella, David Engels. Des universitaires de renom et des essayistes puissants : Frédéric Rouvillois, Olivier Eichenlaub, Michel Geoffroy, Lionel Rondouin. Des hussards aussi vigoureux que talentueux : Julien Rochedy, Laurent Obertone, Pierre-Antoine Plaquevent, Nicolas Faure, Charles de Meyer. Des jeunes pousses comme Ego Non. Des journalistes : Alexandre Bouclay et Ferenck Almassy. Sans oublier les patrons des grands instituts de formation comme Alexandre Pesey, Edouard Husson, Fabrice Lesade et Martin Sellner. Ni les équipes de l’Iliade : Philippe Conrad, Romain Petitjean, Floriane Jeannin.

Vous noterez qu’il s’agit bien d’un colloque européen avec des intervenants venus d’Espagne, de Belgique, de Pologne, de Hongrie, d’Autriche.

Présent : La part belle est, comme chaque année, faite aux stands amis, aux dédicaces et à la convivialité. Après une édition 2020 placée sous contrainte, ce colloque sera-t-il aussi l’occasion d’une journée retrouvailles françaises et européennes, après deux années de morosité sanitaire ?

Jean-Yves Le Gallou : Face à la dictature sanitaire l’Iliade a fait sienne la devise de Guillaume d’Orange : « Je maintiendrai ». Nous sommes fiers d’avoir tenus contre vents et marées le VII e colloque (l’écologie à l’endroit) et le VIIIe colloque (l’économie au service des peuples). Hélas en mode dégradé. Nous retrouvons liberté et convivialité le 2 avril. Le IXe colloque sera un grand opéra européen unissant conférences et réflexions, découvertes artistiques et esthétiques ainsi qu’échanges autour d’un livre ou d’un… verre.

Texte repris du site Polémia