Questions sur la diplomatie-spectacle de Macron, par Ivan Rioufol

L’habileté apparente d’Emmanuel Macron est sans pareil. Le chef de l’Etat a le sens du spectacle, de la dramatisation, de la théâtralisation de son rôle. Toutefois, ces artifices de communication, s’ils semblent convaincre des sondés en temps de crise, sont principalement construits sur le brassage d’air, la posture, la jactance. Et cela se voit. A la crise des Gilets jaunes avait répondu, à travers les « grands débats » voulus par l’Elysée, une logorrhée présidentielle n’ayant débouché sur rien de palpable. Cette fois, Macron laisse voir, avec la crise ukrainienne, son ambition de s’imposer aux yeux du monde comme le seul dompteur de grands fauves. Ainsi, le président fait abondamment savoir qu’il parle régulièrement, et souvent longuement, avec Vladimir Poutine. Tout juste si ce dernier, enfermé dans sa paranoïa, ne lui mangerait pas dans la main.

La photographe officielle de l’Elysée montre volontiers l’intimité du chef d’Etat travaillant jusqu’au petit matin, barbe naissante, concentré sur son destin d’homme de paix. Le président lui-même fait connaître au public quelques bribes de ses conversations privées avec l’autocrate isolé. Dans ces dialogues, Macron ressort comme l’homme de la raison et de la sagesse, tentant de tempérer un dingue et un menteur. La mécanique auto-promotionnelle est impeccable. L’efficacité est incontestable auprès d’un public peu regardant sur le fond : Macron s’envole dans les intentions de vote. Sa réélection est donnée comme quasi-assurée par les sondeurs. Mais est-ce ainsi que les problèmes se règlent ? La société du spectacle eut ses heures de gloire depuis les années 1980. Ses grosses ficelles sont devenues usées.

La diplomatie bavarde et exubérante – mais visiblement peu productive – de Macron est à comparer à celle, secrète et taiseuse – mais apparemment plus efficace – menée par le premier ministre israélien, Naftali Bennett. C’est en toute discrétion que Bennett s’est rendu à Moscou samedi pour s’entretenir directement avec Poutine durant trois heures. L’Israélien s’est ensuite rendu à Berlin pour y rencontrer le chancelier allemand Olaf Scholz. Il n’a pas cru utile, en revanche, de se rendre à Paris, ce qui laisse comprendre la méfiance dans laquelle Macron est tenu par les adeptes de la diplomatie de l’ombre et de la désescalade. Bennett a eu des contacts téléphoniques avec le président ukrainien Volodymyr Zelensky.

Il semblerait que ces contacts directs aient eu des effets puisque Zelensky, dans un entretien lundi soir à la chaîne américaine ABC, s’est dit prêt à un « compromis » sur le statut des territoires séparatistes de l’est de l’Ukraine. « S’agissant de l’Otan, j’ai tempéré ma position sur cette question », a-t-il également avancé, en renonçant donc à la source du conflit, à savoir une implantation de l’Alliance atlantique dans son pays. Ces avancées – dont on ne trouve trace dans les journaux français de ce mercredi – sont des pas importants vers les exigences russes. Macron, dans ce processus, serait-il marginalisé, et avec lui l’Europe qu’il préside pour six mois ?

Ivan Rioufol

Texte daté du 9 mars 2022 et repris du blog d’Ivan Rioufol