Macron à Tourcoing : des paroles sur l’immigration… future

Macron était dans les Hauts-de-France ce mercredi. Assurant la présidence de l’UE pour six mois, il a réuni à Tourcoing les ministres de l’Intérieur européens et, dans la soirée, il s’est adressé à eux, leur exposant une réforme de l’espace Schengen, pour « mieux tenir les frontières d’Europe ». Officiellement, cette réforme est rendue nécessaire par la séquence terroriste récente. Aux journalistes il a cité aussi l’immigration.

A la vérité, le président tente de faire sienne une analyse de la crise sécuritaire et migratoire qui est devenue si évidente (et si liée) qu’elle ne peut plus être niée. Peu à peu son discours rejoint donc celui que tient la droite, et que tenait le FN lors des accords de Schengen… contre lesquels les Français avaient d’ailleurs voté.

Macron veut un conseil de gouvernance de l’espace Schengen, un renforcement de la surveillance des frontières de l’Europe avec Frontex, la mise en place d’un fichier unique biométrique des migrants venant en Europe. Mais il faudrait déjà avoir un fichier des clandestins vivant déjà actuellement à l’intérieur de l’Europe…

Les derniers lambeaux de politiquement correct ont conduit Macron à parler de lutte non pas contre l’immigration, mais contre « l’instrumentalisation des migrants ». Qu’est-ce que ça veut dire ? Qui instrumentalise les migrants et de quelle façon ? Il est resté muet sur ce plan. Des associations extrémistes ? Les islamistes ? Les pays d’origine ? On se perd en conjectures.

Mais Macron entend aussi poursuivre la politique de ses prédécesseurs dans la répartition des migrants dans les différents pays européens ou au moins dans le financement de leur prise en charge (logement, nourriture, loisirs, argent de poche, etc.). Cette partie-là de son programme de travail avec les ministres de l’Intérieur n’a pas été exposée à la presse, campagne électorale oblige.

Il rêve aussi d’une approche européenne pour faire pression sur les pays d’origine afin qu’ils reprennent leurs ressortissants entrés illégalement. On connaît déjà la réponse algérienne.

Mais devant la mairie de Tourcoing, avec Darmanin à sa gauche, il a donné l’impression qu’il voulait donc, lui aussi, résoudre cette question, tenant des propos que n’aurait pas reniés Valérie Pécresse qui, elle aussi, cherche à durcir son discours, à vendre aux électeurs l’idée que LR, c’est le RN ou Reconquête, en plus respectable.

Les courriels tombaient sans arrêt sur les messageries

Le petit discours de Macron à la presse et ses réponses aux questions n’ont pas vraiment convaincu les Tourquennois. Il fallait lire dès mercredi soir, les courriels qui tombaient sans arrêt sur les messageries des médias régionaux et des réseaux sociaux. Par exemple celui-ci : « Monsieur le Président, vous parlez très bien, vous êtes très inspirant pour les gens éduqués et j’ai envie si ce n’est besoin de vous croire. J’aime l’espoir que vous diffusez, en particulier à l’étranger. C’est très bon ! Mais vous ignorez les vraies raisons de la situation des “territoires perdus de la République”. Parlez donc aux Tourquennois, et pas seulement à Darmanin. Pas besoin de crèches à Tourcoing, les femmes sont voilées à la maison, et éduquent leurs enfants à leurs propres valeurs… Pas besoin de bibliothèques, le Coran suffit, et la lecture est faite par le prêcheur… »

Les messages disent tous que la région n’a pas besoin d’argent ou de policiers, mais qu’il faut mettre un terme « à 50 ans de laxisme ».

Le plan exposé par Macron – et sans doute effleuré devant les ministres de l’UE – s’intéresse donc aux migrations à venir, mais pas un mot n’a été consacré aux millions de clandestins déjà là. Sur ce terrain, Macron est muet, il ne bougera pas.

Francis Bergeron

Article paru dans Présent daté du 3 février 2022