Enseignante exfiltrée de Trappes: un inquiétant parent d’élève

Kamel Laouadi avait relayé sur son compte Facebook une vidéo délirante à propos de la mort de Samuel Paty, peu avant de s’en prendre à la prof de SVT de sa fille. Terrible constat, c’est elle qui a dû quitter la région.

Six mois de prison ferme et 13 600€ de dommages et intérêts pour avoir critiqué un cours sur les réseaux sociaux : à première vue, la justice a été particulièrement sévère dans la dernière affaire qui agite Trappes. Un parent d’élève reprochait à la professeur de SVT de sa fille, scolarisée au collège le Village, d’avoir utilisé l’image du chanteur Soprano dans un polycopié sur l’évolution. Il voyait du racisme dans le rapprochement entre nos ancêtres hominidés et un noir. Il s’en était ému sur sa page Facebook. Il a été lourdement condamné pour harcèlement en ligne par le tribunal de Versailles.

Trop lourdement ? Rien n’est moins sûr. Il y a tout d’abord le profil de l’accusé. Kamel Laouadi, né en 1976, a été sept fois condamné entre 1992 et 2012 pour trafic de stupéfiants, vol à main armée et violence. C’est ce passé de délinquant qui a conduit la police à organiser l’exfiltration de la professeur de SVT hors du département des Yvelines, pour sa propre sécurité. L’attitude de Kamel Laouadi lors de son procès explique aussi la sévérité de la peine. D’après un témoin ayant assisté à l’audience, à aucun moment l’accusé n’a admis avoir peut-être mis en danger la vie de l’enseignante.

Il poste une vidéo négationniste sur Samuel Paty

Ce n’est pourtant pas comme s’il n’avait jamais entendu parler de Samuel Paty. Kamel Laouadi est au contraire informé et ambigu, comme le montre un point jusqu’ici passé sous silence. Le 19 octobre 2020, trois jours après la décapitation de l’enseignant par un islamiste tchétchène, il relaye sur sa page Facebook une vidéo complotiste d’un grand habitué du genre, le youtubeur Eric Perroud. Sans aucun souci de cohérence, Perroud explique que la photo de la décapitation qui a circulé est une mise en scène – « La seule solution c’est que ce soit une tête en cire » – et que par ailleurs, Samuel Paty l’a bien cherché ! « Quel est le plaisir de montrer la photo d’un homme nu en disant que c’est le prophète des musulmans ? (…) Ho, mec pourquoi as-tu fait ça ? Quel est l’intérêt ? Tu veux attaquer les musulmans, c’est ça ? (…) Paix à son âme, mais pour moi il a été très con ». La fin se perd dans des élucubrations sur les juifs.

Quelques semaines plus tard, Kamel Laouadi s’en prenait à la prof de SVT de sa fille. Le cours litigieux date du 8 décembre 2020. L’audience de correctionnelle à Versailles a établi que l’élève n’avait pas été spécialement choquée. Son père a créé l’incident.

Pour lire la suite, c’est ici !