Élisabeth Lévy : « Aujourd’hui, Zemmour ne peut se déplacer sans se faire pourrir par des antifas » [vidéo]

30/11/2021 – FRANCE (NOVOpress)
En visite a Marseille, Eric Zemmour a fait un doigt d’honneur en réponse à celui d’une manifestante et a suscite la polémique. Élisabeth Lévy revient sur ce dérapage du probable futur candidat à la présidentielle.

À entendre les commentateurs, on dirait qu’il a frappé quelqu’un », nuance Élisabeth. Sur twitter, Zemmour explique qu’il a répondu par le seul langage que les antifas comprennent. « Toutefois, vous imiter était fort inélégant, j’en conviens bien volontiers » a ajouté Zemmour ».

C’était un festival de mines outragées. Castaner, l’homme qui fait des afters après les manifs a dit que « pour être président, il faut du sang froid, de la maîtrise, de l’élégance« . Et pour être ministre de l’Intérieur ? Même Marine Le Pen fait l’offusquée et répond à ceux qui parlent d’un geste instinctif : « Quand on a vocation à devenir président de la république, il faut être capable, précisément de maîtriser son instinct« . D’après un article sur BFMTV, ce serait de nature à remettre en cause sa candidature. Bah voyons.

Mais lui-même l’a reconnu ! Ça prouve qu’il est humain. Comme le « casse-toi pauvre con » de Nicolas Sarkozy. Et ce n’est pas ça qui lui a fait rater sa réélection mais les promesses non tenues.

On est heureux d’apprendre que tant de gens sont si à cheval sur les bonnes manières. Les mêmes qui défendent l’écriture inclusive tombent dans les pommes à la vue d’un doigt d’honneur. Rappelons aussi le doigt d’honneur fait par un rappeur hilare et à moitié nu devant le Président de la République ou les roulades de Youtubeurs dans la cour d’Elysée. Les macronistes ne sont pas qualifiés pour donner des leçons de savoir-vivre !

Le scandale, c’est que Zemmour ne puisse pas se déplacer sans que des « antifas » pourrissent ses déplacements par des pressions physiques et des invectives. Le scandale, c’est que le service public manque à son obligation de neutralité en le traitant de facho tous les jours. Cette indignation surjouée révèle surtout le vide sidéral des opposants à Zemmour. S’ils veulent le combattre, qu’ils répondent aux bonnes questions qu’il pose. Cela s’appelle faire de la politique, plutôt que de la morale à deux balles.