Viols, meurtres, agressions sexuelles, petite délinquance… Ces « réfugiés » afghans arrêtés ou condamnés en France depuis 2015

Alors que 54% des Français seraient favorables, selon un récent sondage, à l’accueil de réfugiés afghans fuyant (officiellement) l’arrivée au pouvoir des talibans, petit rappel – après avoir évoqué le fait que les Afghans sont majoritaires parmi les suspects de viol en Autriche – concernant le comportement de certains de ces ressortissants Afghans ces six dernières années en France.

Ne sont indiqués ci-dessous que les faits répertoriés sur Google selon une recherche du 1er janvier 2015 au 1er août 2021 (il y en a eu de nombreux autres depuis 2001…) :

En octobre 2016, une interprète de langue pachtoune d’origine afghane, âgée de 38 ans, violée en octobre 2016 par un migrant afghan sous la menace d’une arme aux abords de la « jungle » de Calais.

Le 12 mars 2017, 18 mois de prison ferme pour Mohammad Khan Wazir, 30 ans, un Afghan depuis 2007 en Europe et qui avait menacé de mort des magistrats

Le 18 août 2018, un jeune demandeur d’asile afghan qui avait agressé et blessé au couteau quatre personnes, dont une grièvement, a été condamné hier pour «violences aggravées», à quatre ans de prison dont un an avec sursis.

Le 10 septembre 2018, sept personnes ont été blessées et attaqué au couteau par un homme de nationalité afghane. L’agresseur, un Afghan né en 1987 en situation irrégulière.

Le 22 mai 2019, Cinq demandeurs d’asile afghans étaient jugés au tribunal de Dijon pour l’agression sexuelle d’un migrant indien.

Le 29 juillet 2019, un « réfugié » Afghan entré en France en 2018 a été condamné à un an de prison ferme pour agression sexuelle, par le tribunal de Fontainebleau.

Le 2 septembre 2019, un Afghan d’une trentaine d’années, a été arrêté après une attaque en plein centre de Villeurbanne qui a fait un mort et huit blessés.

Le 2 décembre 2019, deux ans de prison ferme pour un Afghan, Ayub Miakhel, 27 ans, pour une agression sexuelle sur une fillette de 5 ans à Avranches en 2018.

Le 8 janvier 2020, un ressortissant Afghan en situation irrégulière a été condamné à six mis de prison ferme par le tribunal correctionnel d’Arras, mardi. Le 20 août, à Croisilles, il avait agressé sexuellement un jeune garçon.

En 2020, un « réfugié » Afghan a été condamné pour menaces de mort sur des policiers du côté de Niort.

Le 21 avril 2020, un migrant afghan de 26 ans, soupçonné d’avoir violé une femme enceinte à Calais (Pas-de-Calais), a été mis en examen pour viol et incarcéré.

Le 12 Mai 2020, un jeune Afghan mis en examen pour assassinat après la mort de Jean Dussine, militant engagé aux côtés des migrants.

Le 30 juillet 2020, à Pontivy, deux migrants afghans agressent sexuellement une jeune femme et ont écopé de prison avec sursis.

Le 3 août 2020, à Calais, trois Afghans condamnés pour l’organisation de passages de migrants.

Le 6 août 2020, deux prostituées agressées par deux ressortissants afghans de 25 et 28 ans, arrivés il y a deux à trois ans en France

Le 30 octobre 2020, un Afghan qui avait blessé des policiers la semaine précédente arrête en possession d’un couteau, à Lyon.

Le 2 novembre 2020, un jeune demandeur d’asile afghan de 19 ans a été condamné par le tribunal correctionnel de Clermont-Ferrand, à dix mois de prison ferme, avec maintien en détention et cinq ans d’interdiction du territoire français, après une agression sexuelle et une exhibition commises le 31 juillet, à Chamalières (Puy-de-Dôme).

Le 3 novembre 2020, un « gigolo 2.0 », afghan, depuis six ans en France, condamné à deux ans de prison pour de multiples escroqueries à Strasbourg.

Le 5 novembre 2020, Dix-huit mois de prison pour un Afghan accusé d’apologie du terrorisme à Poitiers.

Le 15 novembre 2020, arrestation et mise en détention provisoire d’un homme âgé de 19 ans, ressortissant afghan, accusé d’avoir agressé quatre lycéennes en l’espace d’une semaine, à proximité du lycée Jean Lurçat à Martigues.

Le 26 novembre 2020, quatre ans de prison au migrant afghan qui agressait les jeunes femmes dans leur appartement, à Brest.

Pour lire la suite, c’est ici !