“Bourgeoisie blanche”, “c’est monochrome à souhait” : la rédaction de “L’Obs” moquée pour son manque de diversité

Un journaliste de L’Obs a rendu publique une photo de l’ensemble de la rédaction sur Twitter. Une publication qui a valu de nombreuses réactions.

L’hebdomadaire de gauche est au coeur des critiques. En cause, un simple cliché partagé mardi 6 juillet sur Twitter par le journaliste de L’Obs Pascal Riché. Une photo sur laquelle on peut voir l’ensemble de la rédaction réunie sur le toit-terrasse du siège du magazine, situé dans le 13e arrondissement de Paris. Le problème ? Des internautes ont pointé le fait que les membres de la rédaction – hommes et femmes confondus – ne représentaient pas du tout la diversité. Et ce alors même que la ligne éditoriale de L’Obs prône ces valeurs.

« Plus de diversité » dans la police

La policière et déléguée nationale des syndicats Unitié SGP Police, Linda Kebbab, a dénoncé sur son compte Twitter : « On recrute plus de diversité issue des quartiers dans les PJ (polices judiciaires) parisiennes que dans les rédactions “mère la morale”. »

Un journaliste chez Boulevard Voltaire n’a pas hésité à inclure dans ce manque de diversité d’autres médias réputés à gauche : « L’Obs, Le Monde, Mediapart, Streetpress… Le wokisme et le racialisme restent des délires de la bourgeoisie blanche désirant s’encanailler », a écrit Marc Eynaud.

Ils « entretiennent le racialisme »

Michaël Pilater, ancien élu des Français de l’étranger au Canada, a, lui, jugé avec sarcasme que « la diversité » était « pour les autres, mais pas pour L’Obs ».

D’autres internautes ont aussi réagi. L’un d’entre eux a appelé les utilisateurs de Twitter à se rendre « sur Google » pour voir « le nombre d’articles sur la diversité que nous a pondu l’Obsces derniers mois » . Il a poursuivi : « Le contraste est saisissant. C’est monochrome à souhait. » Un autre a dit apprécier « l’hypocrisie de ceux qui dénoncent le racisme chez les autres et entretiennent le racialisme avec des hors-séries sur l’esclavage », dénonçant que « dans la rédaction, on ne voit (pas) de noirs ». L’internaute a ainsi partagé la couverture de l’un des hors-séries de L’Obs, paru le 14 avril dernier.

Texte repris du site Valeurs Actuelles