Pour un vaccin contre l’hystérie hygiéniste, par Ivan Rioufol

L’hystérie hygiéniste gagne les esprits, jusqu’au sommet de l’Etat. « Notre croissance dépendra de la vaccination », estime Bruno Le Maire, samedi dans Le Parisien. Pour le ministre de l’Economie, seule la vaccination « nous permettra de retrouver le plus rapidement une vie normale, de la croissance, des emplois et de l’activité ». Dimanche, sur RTL, François Bayrou se prononce en faveur d’une vaccination obligatoire. « Depuis le premier jour de l’épidémie (…) j’ai pensé que la seule issue était la vaccination (…) J’ai toujours pensé que ça finirait par la décision collective de rendre la vaccination obligatoire ».

Le Haut-commissaire au plan craint qu’un nouveau variant finisse par être « particulièrement nocif pour les enfants en bas âge ». Dans le JDD, Laurent Berger (CFDT) et Geoffroy Roux de Bézieux (Medef) expliquent : « Nous appelons solennellement les salariés à se faire vacciner ». Dans ce même journal, Alain Fischer, responsable de la stratégie vaccinale, affirme: « Ceux qui attendent commettent une erreur », tandis que 96 médecins exigent la vaccination obligatoire pour les soignants. Pour sa part, le directeur de l’Agence régionale de santé de Nouvelle Aquitaine, Benoît Elleboode, prévient : « Personne n’y échappera. Toute personne non vaccinée sera contaminée ».

Une fois de plus, le pouvoir est le premier à alimenter la panique sanitaire. Il a réduit sa politique à sa capacité de convaincre les récalcitrants. Or cette stratégie devient un prétexte à ne rien voir hormis le Covid. Quand Le Maire fait dépendre la reprise de l’économie du vaccin, il se décharge commodément de ses responsabilités. Cela fait un an et demi que le pays s’est immobilisé, tétanisé par des discours apocalyptiques qui se sont révélés faux. La raison a été évacuée au profit de la croyance.

Celui qui argumente sur le manque de recul sur les vaccins ARN, et qui observe les réserves de médecins ou de scientifiques, est désigné par les fanatiques de la vaccination comme un danger en puissance. Le « virus chinois » a exporté avec lui un arsenal répressif qui autorise à dénoncer le sous-citoyen, sinon à le sanctionner. Plutôt que de vouloir forcer le personnel hospitalier à se faire vacciner, les pouvoirs publics feraient mieux de s’interroger sur ces refus venant de professionnels qui côtoient les malades.

Il est permis également de s’étonner que les deux pays (la Grande-Bretagne et Israël) qui connaissent la plus forte recrudescence des contaminations sont ceux qui ont le plus vacciné.
N’en déplaise à Bayrou, la question se pose aussi de savoir si les variants ne seraient pas liés aux vaccins eux-mêmes. A quand un vaccin contre la peur moutonnière ?

Ivan Rioufol

Texte daté du 5 juillet 2021 et repris du blog d’Ivan Rioufol