Un journaliste algérien réclame que “la France rende la tour Eiffel à l’Algérie”

Mohamed Allal demande purement et simplement des excuses officielles de la part de la France pour avoir pillé le fer algérien.

Le journaliste Mohamed Allal garde une rancœur tenace quant au passé tourmenté de la France et de son ancienne colonie d’Afrique du Nord. Invité sur une chaîne algérienne de Lina Télévision le 28 janvier dernier, comme le rapporte Causeur, il n’a pas hésité à demander officiellement à la France de s’excuser pour avoir « volé son pays, ses richesses et ses trésors », en faisant référence à la guerre d’Algérie. Mohamed Allal a aussi expressément demandé à ce que « la France rende la tour Eiffel à l’Algérie » puisque cette dernière aurait, selon lui, été construite à partir de « fer volé » dans le pays colonisé. Dans cette requête, il a été soutenu par une partie des Algériens qui lui donnent raison sur la nature des matériaux utilisés pour bâtir l’un des monuments les plus connus au monde et qui se trouve à Paris. D’autres, en particulier sur les réseaux sociaux, se sont emparés du sujet pour se moquer du journaliste algérien. L’un des messages lui étant adressé qui indiquait qu’il « serait temps de rendre les Algériens à l’Algérie » a réveillé la presse locale qui a évoqué une xénophobie à l’encontre des Maghrébins de France.

Le métal de la discorde

Selon le journaliste, la tour Eiffel doit son existence à l’exploitation des minerais de fer « extraits du sol barbaresque » et qui appartient légitimement aux Algériens, indique Causeur. En réaction à la requête de Mohamed Allal, le précepteur islamique Cheikh Chems-Eddine est monté au créneau, dénonçant le fait que la France ne se soit « toujours pas excusée des crimes qu’elle avait commis sous la colonisation ». Ce n’est pas la première fois que le pavé est jeté dans la mare pour remettre en cause la légitimité du monument de l’Hexagone. En 2018, déjà, la chaîne Beur FM diffusait la même information sur la provenance du métal, indiquant qu’il était extrait des « mines de Zaccar et de Rouïna», en Algérie. Pourtant, au risque de décevoir ce fervent défenseur de son pays, le fer utilisé pour construire la tour Eiffel provient de Lorraine, en France.


Texte repris du site Valeurs Actuelles