Génération identitaire

Lettre ouverte à Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur. Pourquoi nous sommes contre la dissolution de Génération identitaire

C’est une véritable cabale qui frappe actuellement Génération identitaire. Gérald Darmanin, ministre de l’Intérieur, montre les muscles suite au buzz suscité par une émission de Cyril Hanouna – c’est dire le niveau intellectuel des gens qui nous dirigent – et veut en finir avec « les enfants de la bête immonde ».

Il veut dissoudre l’organisation. Le crime de ces jeunes gens depuis des années ? Avoir mené des actions non violentes et symboliques, à Poitiers, dans les Alpes, en mer, et dans toute l’Europe puisque le mouvement est européen, pour dénoncer à la fois l’islamisation du continent et les conséquences d’une immigration massive, menace pour la civilisation européenne.

Qui peut dire honnêtement qu’il n’y a aucun problème d’islamisation en Europe depuis 30 ou 40 ans ? Samuel Paty ça ne vous dit rien ? L’East End londonien ou Luton ça ne vous dit rien ? Les milliers de détenteurs de papiers d’identité européens partis se battre pour l’État islamique en Syrie ça ne vous dit rien ? Et le Bataclan ? Et Nice ? Et le métro Saint-Michel ? Et Londres, Madrid… et tous les autres attentats qui ont ensanglanté l’Europe, pas au nom du bouddhisme, ni au nom des raëliens, mais bien au nom de l’islam, religion, mais aussi et surtout doctrine totale, doctrine politique.

Il y a 40 ou 50 ans, est-ce que l’on évoquait le problème du voile dans les écoles d’Europe ? Est-ce que l’on se demandait quels menus devaient manger les enfants à la cantine scolaire ? Est-ce que l’on s’interrogeait dans ces proportions à savoir si tel ou tel livre ou image pouvait choquer une communauté religieuse? Est-ce que l’on trafiquait l’enseignement de notre Histoire pour ne pas heurter certaines sensibilités ?

Mais de qui se moquent ceux, Gérald Darmanin en tête, qui osent vouloir s’en prendre à une jeunesse qui ne fait que constater les capitulations des gouvernements et des générations successives, qui ont laissé l’Europe devenir aujourd’hui une poudrière multi ethnique, multi confessionnelle, sur le point d’exploser ?

Pourquoi font-ils semblant de ne pas voir, ceux qui nous dirigent, que leurs métropoles sont devenues des mouroirs, dans lesquels d’un côté les riches prospèrent tandis que de l’autre les ghettos ethniques se développent de façon exponentielle. Pourquoi refusent-ils d’admettre que la composition ethnique de la population change progressivement alors qu’ils ne cessent par ailleurs de vanter l’apport fantastique que constituerait la « diversité » ? Pourquoi refusent-ils d’ouvrir les yeux sur les composantes de la délinquance qui explose dans tout le pays ? Sur qui compose majoritairement les prisons françaises ?

Depuis des décennies, ils n’ont eu de cesse de piétiner la démocratie pour empêcher toute représentativité à un parti qui entendait faire de ces questions des sujets prioritaires, parti porté par une population grandissante et de plus en plus inquiète du devenir de ce pays, de ce continent. Depuis des décennies, ils ont tout fait pour faire taire toute voix qui explique que ni immigration, ni islamisation ne sont des fatalités, qu’il y avait une vie avant l’immigration africaine ou asiatique en France et en Europe, et qu’il y en aurait une sans aucun doute après. Ils ont même inventé des lois pour empêcher tout débat politique sérieux sur la question et pour mettre en prison (ou hors du circuit politique) ceux qui s’affirment trop.

Et quand les lois françaises ne suffirent plus, voici que c’est l’Union européenne et ses institutions pour beaucoup non démocratiques qui entendent dicter aux peuples qui ils doivent accueillir, à qui ils doivent verser leurs impôts, charges, taxes diverses et variées.

Et on voudrait en plus interdire un mouvement qui, jamais condamné, a simplement assimilé, digéré, et recraché les méthodes employées depuis des lustres par les organisations gauchistes ou écologistes, sans que cela ne pose le moindre problème aux instances gouvernementales ? Des instances qui bien souvent même capitulent face à des associations qui, pour le coup, n’ont aucune légitimité populaire ce qui n’est pas le cas de Génération identitaire, dont les idées « sont au deuxième tour de l’élection présidentielle » comme le rappelait récemment un journaliste de RMC.

Non M. Darmanin, Génération Identitaire ne doit pas être dissous. Votre rôle n’est pas de dissoudre des organisations — comme vous semblez y prendre un malin plaisir depuis quelques semaines pour satisfaire votre électorat — mais d’assurer la sécurité des Français.

Et sur ce plan, ni votre bilan, ni celui de vos prédécesseurs ne parlent en faveur des idées « républicaines » que vous prétendez défendre.

Jamais nos gamins n’ont autant couru le risque de prendre une lame dans le ventre ou des coups pour une cigarette refusée. Jamais nos filles et nos femmes n’ont eu à prendre autant de précautions (on parle des arrêts de bus à la demande ?) pour sortir le soir dans les rues des villes que vos amis politiques dirigent. Vous n’avez que le mot République et vivre ensemble à la bouche pour mieux masquer l’incapacité de vos troupes à protéger en premier lieu vos concitoyens, les plus faibles, les plus exposés, face à des hordes de nouveaux barbares.

Des barbares qui, dans leurs attitudes quotidiennes, sont la preuve de l’échec à la fois de la politique éducative suicidaire qui sévit en France depuis trop longtemps, mais aussi de la politique d’immigration qui a échoué, parce que, s’il est possible d’intégrer des individus, on ne peut pas intégrer des communautés nombreuses et fertiles à une communauté historique déjà installée, vous le savez parfaitement.

Les jeunes de Génération identitaire ne méritent pas la dissolution. Ils mériteraient même, en d’autres circonstances, la Légion d’honneur, la vraie, pas celle que l’on attribue aujourd’hui aux copains et aux coquins. Car ces jeunes de Génération identitaire sont les dignes fils et filles d’une civilisation qui refuse de mourir, quand bien même elle a été abandonnée et même trahie en son sein par quelques générations égoïstes.

Sachez une chose, M. Darmanin. Vous aurez beau dissoudre une association, vous ne pourrez pas (tout du moins vous n’en avez pas encore le droit même si cela vous démangeait) dissoudre les hommes qui la composent, ni les idées qui peuplent leurs têtes bien bâties. Parmi ces jeunes qui épousent les idées de Génération Identitaire, il y en a qui défendent le pays hors des frontières, ou d’autres qui vous servent lorsque vous vous restaurez. Certains vous soignent lorsque vous allez à l’hôpital, d’autres vous y conduisent. Il y a ceux qui produisent chaque jour la nourriture qui se trouve dans votre assiette, d’autres qui vous la vendent. Génération Identitaire, c’est eux, c’est nous, c’est lui, lui, et lui aussi.

Vous pourrez dissoudre toutes les associations que vous voulez, M. Darmanin. Vous n’empêcherez jamais des millions d’Européens de vouloir se lever pour offrir une Europe libre, européenne et apaisée à leurs enfants.

À bon entendeur.

La rédaction de Breizh-info

Texte repris du site Breizh-info.com