Asservissement par la médiocrité, par Maxime Tandonnet

La crise du covid-19 et les politiques de confinement constituent un puissant accélérateur de la médiocrité nationale. A la faveur de cette secousse, les écoles et les grandes écoles abolissent les épreuves écrites de sélection à l’entrée. Science po Paris et de nombreux établissement ont d’ores et déjà mis fin à leurs concours d’entrée.

Désormais, les écoles d’ingénieurs et de commerce suivent cette voie et la tendance bien engagée a toute les chances de se généraliser dans les années à venir. Le recrutement s’effectuera par l’examen du livret scolaire et des entretiens à caractère professionnel. Voilà encore un coup terrible porté à l’intelligence française et une étape spectaculaire dans la transformation du pays en troupeau bêlant. La sélection par la connaissance de l’histoire, de la philosophie, de la littérature, des sciences, la capacité d’analyse, de synthèse, de rigueur autour de sujets de réflexion est en voie de d’abolition.

L’indépendance intellectuelle, l’esprit critique, le goût de la réflexion deviennent les bêtes à abattre. A l’épreuve du concours anonyme fondé sur le mérite, succédera un mode de cooptation par des jurys qui choisiront en fonction de critères subjectifs: la présentation, l’origine sociale, le degré de soumission.

Ce qui est « en marche »? L’accélération du clonage de masse. Tout cela procède d’une même logique: l’embrigadement d’un pays, la mise au pas d’une nation par le nivellement. Et, subrepticement, imperceptiblement, l’asservissement de la France aux tyranneaux et veaux d’or de l’avenir.

Maxime Tandonnet

Texte repris du blog de Maxime Tandonnet