Michel Zecler, victime ou voyou ?

On a beau être habitué à voir les forces de l’ordre traînées quotidiennement dans la boue par les grands médias, on aura quand même rarement assisté à un tel lynchage. Journalistes, bobos du showbiz, associations, élus de tous bords, membres du gouvernement, présidence de la République, magistrats, hiérarchie policière et même certains syndicats de police : avant même que la vérité soit faite sur l’intervention dite « musclée » de la police le 21 novembre dernier dans le local du « producteur noir » Michel Zecler, tous y seront allés de leur « condamnation », en des termes souvent d’une grande violence. Une espèce d’hystérie collective antiflic au cours de laquelle, bien sûr, tous se seront bien gardés d’évoquer le profil de la prétendue « victime ». A commencer par Macron lui-même qui, de façon pitoyable, est allé jusqu’à téléphoner à Zecler pour « prendre de ses nouvelles » et lui manifester sa sympathie !

Le moins que l’on puisse dire est que ce Michel Zecler, unanimement présenté par les grands médias comme « un homme tranquille », « courtois » et « pacifique », a un passé judiciaire et un entourage des plus sulfureux. Issu d’un quartier ethnique de Bagneux, l’homme a d’abord des « antécédents judiciaires très lourds » de stupéfiants, de vols à main armée, d’outrages et d’association de malfaiteurs qui l’ont conduit en prison, comme il l’a d’ailleurs lui-même reconnu sur le plateau de « Touche pas à mon poste ». D’autre part, aujourd’hui à la tête du label de rap « Black Gold Studios », ce vieux complice de Diam’s, la rappeuse convertie à l’islam qui déversait à longueur de chansons sa bile sur notre pays, a produit – entre autres – en 2016 « L’âge d’or du rap français », une tournée dans toute la France réunissant Ministère A.M.E.R., Akhenaton, Ménélik, Stomy Bugsy, Assassin, Kery James ou encore Stomy Bugsy. Bref, que du « beau monde » s’étant régulièrement illustré ces dernières années par des chansons aux paroles antiflics et anti-Français allant même, pour certaines, jusqu’à l’appel au meurtre !

Le caractère scandaleux de cette affaire ne s’arrête pas là. Pendant tout le week-end, en effet, ceux-ci se seront efforcés par tous les moyens, et notamment en nous passant en boucle les fameuses images filmées par les amis du producteur, de nous démontrer la prétendue culpabilité des quatre policiers mis en examen dans cette affaire, dont deux ont été écroués dans la nuit de dimanche à lundi. L’affaire serait bien plus complexe que ce l’on cherche à nous faire croire. C’est ainsi qu’invité sur LCI, Patrice Ribeiro, de Synergie-Officiers, a rapporté que les fonctionnaires, ayant repéré que Zecler était sans masque, se sont approchés de lui pour le contrôler et, ce faisant, « se sont aperçus que cet individu avait une énorme sacoche avec une odeur de stupéfiants très forte ». Sacoche retrouvée depuis et qui contenait effectivement de la résine de cannabis. Par ailleurs, les agents mis en cause, qui avaient pour seul objectif de faire sortir Zecler du local où il s’était réfugié pour échapper à leur contrôle, se sont heurtés à « une rébellion caractérisée » au cours de laquelle l’individu n’a pas hésité à les frapper, blessant même l’un d’entre eux passage.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 30 novembre 2020