glottophobie

Lutte contre les « discriminations » : maintenant, la… glottophobie !

Entre la crise sanitaire qui sévit depuis des mois dans notre pays et ses conséquences économiques catastrophiques, la menace sans cesse grandissante que fait peser l’islamo-terrorisme sur la France, ou encore l’incroyable explosion de la criminalité à laquelle sont confrontés nos forces de l’ordre et nos compatriotes, on aurait pu penser que le Palais-Bourbon et les élus de la majorité auraient mieux à faire que de perdre leur temps en futilités. Or, il n’en est rien : en proie à un véritable délire antidiscriminatoire, l’Assemblée nationale a même cru bon d’entamer très sérieusement mercredi l’examen d’une proposition de loi grotesque visant à lutter contre la glottophobie. Autrement dit, la discrimination par… l’accent !

Après les « minorités visibles », les « minorités audibles »

A l’origine de cette proposition de loi totalement stupide et ridicule, le député de l’Hérault Christophe Euzet, membre du groupe Agir ensemble, de la majorité présidentielle, qui déplorait récemment, « à l’heure où les minorités “visibles” bénéficient de la préoccupation légitime des pouvoirs publics », que « les minorités “audibles” [soient] les grandes oubliées du contrat social fondé sur l’égalité ». Aussi, jugeant « indispensable » en cette « période de doute quant à la cohésion des territoires qui fondent la Nation, d’adresser un signe de reconnaissance fort, en favorisant la revalorisation des prononciations “atypiques” », Euzet propose-t-il de rajouter ce mot « accent » à la liste déjà longue comme le bras des causes de discrimination sanctionnées par le Code pénal ainsi que le Code du travail : origine, sexe, orientation sexuelle, situation de famille, handicap, grossesse, patronyme, opinion politique, appartenance syndicale, croyance religieuse…

Le précédent Laetitia Avia

Rappelons au passage que Christophe Euzet n’est pas le premier à vouloir judiciariser ainsi les prétendues « discriminations » par l’accent. En effet, en 2018 déjà, après que Jean-Luc Mélenchon se fut moqué de l’accent toulousain d’une journaliste qui l’interrogeait, Laetitia Avia, pittoresque député LREM, avait elle aussi commencé à préparer une proposition de loi similaire, avant de renoncer finalement à la présenter devant l’Assemblée parce qu’elle estimait que le texte n’était pas assez « étayé pour faire l’objet d’un débat parlementaire ». Ce qui ne sera, hélas, pas le cas cette fois-ci puisque Euzet présentera son texte aux députés le 26 novembre prochain dans le cadre de sa « niche ». Un texte qui, chacun l’aura compris, cache en réalité, derrière son apparence ridicule, bien des arrière-pensées. A commencer par la volonté de condamner lourdement tout employeur qui refuserait par exemple d’embaucher pour un poste au contact du public un « jeune » s’exprimant avec l’accent des cités ethniques ou bien encore un immigré incapable d’aligner deux mots consécutifs dans notre langue…

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 19 novembre 2020