L’islamisme ne passera pas, par Jean-Gilles Malliarakis

La semaine écoulée aura été marquée, pour la France, par la plus grande urgence qui pèse sur le pays. Il ne s’agit pas en effet de la pseudo-guerre annoncée en mars contre le virus. Nous nous trouvons bel et bien en présence d’une véritable agression armée. Elle se confirme désormais comme permanente. Mais nous ne pouvons l’identifier que comme celle que nous mène l’islamisme radical.

On doit constater hélas, que 5 ans après les attentats de 2015, le quotidien officieux Le Monde pouvait encore souligner, ce 16 octobre :”face au Terrorisme, l’urgence d’un large débat en France”. On nous dit : “urgence “. Mais depuis combien de temps le répète-t-on ?

On évitera peut-être de rappeler que l’expression sourire kabyle était hélas bien connue naguère.

À peine remarquera-t-on que l’acte atroce d’égorgement, commis à nouveau, à Conflans-Sainte-Honorine cette fois, est désigné comme une décapitation. Certains esprits mal orientés penseront peut-être que le jacobinisme, après l’avoir tant pratiqué il y a plus de deux siècles, en croit la pratique légitimée.

N’ironisons même pas sur la nature et la structure des “débats” tels que les organisent les bien-pensants. On se contentera de souligner avec l’auteur de l’article, Jacques Follorou, que “ces cinq dernières années, l’État n’a pas souhaité entreprendre le travail de vérité, pourtant nécessaire, sur le terrorisme, sa nature, son origine et son contexte.” (1)

Quand apparaissent ce genre de constats, on doit hélas observer que les commentateurs agréés ne nous parlent que de la défaillance de l’État. Or cette entité, illusion indistincte, se voit pourtant appelée cependant en toutes circonstances à nous sauver. On ne se réfère jamais ni au régime appelé république, ni aux institutions précises que celle-ci délègue sans réserve à certains corps administratifs bien réels où se situent, manifestement, les erreurs à répétition.

On peut même penser qu’il nous est interdit, qu’il est jugé de mauvais goût, de critiquer l’inaction.

Lorsqu’en janvier 2016, le Premier ministre Manuel Valls, de formation trotskiste en apparence assagi avait été confronté à l’attentat de l’Hyper Cacher, il avait déclaré sans regret “qu’expliquer, c’est déjà vouloir un peu excuser“.

Douze mois auparavant, lors de ses vœux à la presse de janvier 2015, le même personnage avait cependant dénoncé lui-même un prétendu “apartheid territorial, social, ethnique“.

Du fait de l’idéologie socialiste à laquelle ce ministre d’hier se raccrochait, comme tant d’autres, unis par-delà la séparation théorique des pouvoirs, il se cramponnait à cette culture de l’excuse et de l’égalitarisme qui fait tant de mal. Les islamistes eux-mêmes s’en nourrissent toujours à l’envi. Comme les bolcheviks ils se veulent et se proclament les damnés de la Terre, et leurs prédicateurs ne manquent jamais de le leur rappeler.

Mais, dans le discours officiel, pas question bien sûr de lier leur flot de haine au laxisme migratoire, et encore moins à leur RATP, Religion d’Amour, de Tolérance et de Paix.

Les Tchétchènes, cette intéressante petite nationalité recrachée par l’ex empire soviétique, sont évalués au nombre de 17 000 sur le sol français (2). Leur brillante communauté s’était déjà illustrée en juin à Dijon. Quelle mesure a-t-on prise dans les 4 mois qui ont suivi ?

M. Darmanin a annoncé, à la suite d’une réunion avec les préfets, et comme s’il s’agissait d’une mesure virile, ce 18 octobre l’expulsion de 231 étrangers dangereux. Cette rodomontade, complaisamment relayée par Europe 1, vise en fait 180 individus détenus et 51 autres, qui devront être arrêtés, puisqu’ils se trouvent en liberté. Impossible donc de prendre au sérieux cet insignifiant chiffrage. Le problème réside également en ceci que cette décision d’expulser état déjà connue le 14, veille de l’attentat, et qu’elle n’a pas été renforcée.

Si l’on souhaite, par conséquent, barrer la route aux islamo-terroristes, ce n’est pas sur nos vaseux communicants, en quête de réélection, que les citoyens doivent miser. Ils ne peuvent compter, que sur leur propre mobilisation résolue sur le mot d’ordre : l’islamisme ne passera pas.

(1) cf. l’article signé Jacques Follourou.
(2) Chiffre officiel ; d’après le criminologue Xavier Raufer, ils seraient en fait 50 000…

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent