Occupation du chantier de la mosquée de Poitiers – Relaxe pour les cinq Identitaires poursuivis, par Franck Deletraz

Lourdement condamnés en première instance pour avoir occupé pacifiquement en octobre 2012 le toit de la mosquée de Poitiers en construction, déroulé des banderoles et crié quelques slogans en hommage à Charles Martel et contre l’islamisation de notre pays (voir Présent des 23 octobre 2012 et 9 décembre 2017), les cinq militants de Génération identitaire, poursuivis pour la prétendue dégradation de tapis de prière, ont finalement été relaxés vendredi par la cour d’appel de Poitiers.

« Le droit a primé » !

Damien Rieu, l’un des cinq prévenus, avait raison de faire preuve d’optimisme après l’audience en appel du 20 mai dernier. Le jeune militant qui, au passage, venait de montrer à la cour lors d’une mémorable intervention le vrai visage du recteur de la mosquée de Poitiers et de ses amis, à savoir celui de salafistes soutenus par les Frères musulmans, avait en effet souligné qu’en huit ans, le dossier de l’accusation s’était vidé peu à peu et qu’il n’en restait aujourd’hui plus grand-chose (voir Présent daté du 23 mai). C’est ainsi que, après avoir été poursuivis – et condamnés en décembre 2017 – pour « manifestation non autorisée », « incitation à la haine raciale », et « dégradation de biens en réunion », les cinq Identitaires ont vu le parquet renoncer, lors de l’audience du 20 mai, à la qualification de « provocation à la discrimination raciale ou religieuse » en raison d’une omission procédurale. Ne restaient plus alors que de prétendues « dégradations » de tapis de prière, pour lesquelles l’avocat général avait requis six mois de prison avec sursis à l’encontre de quatre des cinq prévenus. « Un prétexte pour ne pas arrêter toutes les poursuites », comme l’avait souligné Damien Rieu, qui n’aura finalement pas pesé, la cour considérant vendredi comme « légères » les prétendues « dégradations ». Bref, comme s’en est félicité Me Frédéric Pichon, l’avocat d’un des cinq prévenus, après huit longues années de procédure, et alors que « nous vivons dans la dictature de l’émotion », dans cette affaire, « le droit a primé » !

L’hystérisation croissante de la vie politique française

Le combat judiciaire est cependant loin d’être terminé pour GI, dont l’une des jeunes militantes ayant participé à la spectaculaire opération de la place de la République le 13 juin (voir Présent daté du 16 juin) a été récemment accusée par Mélenchon d’avoir effectué à cette occasion « des saluts nazis ». Une accusation totalement contredite par les nombreuses photos et vidéos réalisées ce jour-là, sur lesquelles on peut nettement voir la jeune femme brandir en fait un fumigène, et à laquelle GI a décidé de répondre en portant plainte pour « diffamation » contre le chef de LFI. Une accusation qui met une fois de plus en évidence l’hystérisation croissante de la vie politique française, et cette habitude malsaine qu’ont prise certains d’accuser leurs adversaires de sympathies nazies pour les « tuer » électoralement. Et cela, jusqu’à la bêtise absolue, comme l’a montré la récente affaire qui a secoué la campagne des municipales à Levallois-Perret. Dans l’ancienne ville des Balkany, leur candidat Arnaud de Courson (DD), soutenu aussi par LREM, n’a en effet rien trouvé de mieux à faire que d’envoyer à ses amis une photo mettant en scène son adversaire Agnès Pottier-Dumas (LR) en compagnie de la deuxième tête de liste LR, David-Xavier Weiss, pointant le doigt en l’air, avec ce commentaire : « Weiss et le salut nazi ? » Manque de chance pour lui, il l’a aussi adressée par erreur à une militante d’Agnès Pottier-Dumas, suscitant un scandale d’autant plus grand que David-Xavier Weiss est juif et que ses parents ont tous deux été déportés…

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 22 juin 2020