Entre vandalisme et réécriture de l’Histoire, l’antiracisme en folie