Antiracisme et antifascisme comme prétextes, par Jean-Gilles Malliarakis

Dérivatifs presque aussi mondialement répandus que la pandémie du coronavirus, les manifestations mais aussi les violences et pillages de ces derniers jours, laissent évidemment perplexes. Partout dans le monde on nous somme de rendre hommage à George Floyd, cet honnête délinquant victime aux États-Unis d’une brutalité policière, certes assez choquante.

Et en France, par un effet de mimétisme inexplicable, on déterre une affaire présentée comme analogue remontant à plusieurs années, et des militants se rassemblent par milliers pour dénoncer un “racisme dans la police” amenant le ministre de l’Intérieur à s’aligner et à ordonner qu’on fasse de ce problème une priorité.

Sans doute les excès du confinement ont-ils contribué préparer une partie de la population à cette divagation unilatérale conduisant surtout au racisme anti-flic.

Or, dans la vague nouvelle de délires d’experts votre chroniqueur serait assez disposé à accorder une palme à un entretien avec Mme Naomi Klein militante écologiste et anticapitaliste canadienne de renommée mondiale publié par Le Monde ce 7 juin[1].

De son monceau de fadaises et pétitions de principes péremptoires pieusement recueillies on peut extraire cet aveu involontaire, fièrement résumé dans la phrase suivante : “Tous ces combats dans lesquels nous sommes engagés, que ce soit le combat contre les violences policières, contre le dérèglement climatique ou pour une économie juste, sont liés.”

Paradoxalement, oui, ces combats sont liés : par un même mensonge, par une même manipulation.

Quel autre rapport en effet, sinon celui d’une manipulation identique des prétextes au rassemblement des utiles idiots.

Car rien de tout cela ne doit être considéré comme vraiment nouveau.

C’est par exemple en 1935 que le Komintern adopta sous la conduite de Dimitrov l’étiquette antifasciste. Jusque-là l’Union soviétique avait fait fort bon ménage avec le gouvernement qui dirigeait l’Italie depuis 1922, ses principaux adversaires désignés étant l’Empire britannique et, secondairement la France. Au cours de la guerre d’Espagne certes Staline encadrera les fameuses Brigades internationales sous prétexte de soutenir le gouvernement républicain, mais il se révéla très vite que leurs cibles principales étaient les trotskistes et autres anarchistes. De même en 1939, il s’allia avec Hitler qui “traîtreusement” se retourna contre lui en 1941, etc.

Mais pour la terre entière la vaillante URSS était devenue le parangon de la lutte contre le fascisme.

De même pour le “racisme” dont on nous assure désormais qu’il caractériserait la société française. Pas assez accueillante nous dit-on.

La société soviétique d’hier et la société chinoise d’aujourd’hui, alors que les communistes du monde entier répercutaient les slogans “antiracistes” à sens unique, n’ont jamais accueilli les vagues de migrants qui frappent aux portes de l’Europe. On se demande pourquoi.

Face à la folie et au mensonge, une seule réponse : raison garder.

Face à l’islamo-terrorisme et à l’invasion, en revanche, la vigilance et la lutte s’imposent, sans concession.

[1] cf. Entretien avec Naomi Klein :”Seule une réponse très audacieuse à la crise nous mènera quelque part”

Jean-Gilles Malliarakis

Article paru sur le site de L’Insolent