Anti-Raoult : les dessous d’un lynchage (raté), par Ivan Rioufol

Le populisme, ce mot utilisé par les puissants pour récuser la parole non agréée, a de beaux jours devant lui. Les injures et les désinformations officielles, qui avaient tenté de délégitimer le mouvement social et identitaire des Gilets jaunes, avaient révélé la face sombre de la macronie. Or c’est ce même usage de la propagande d’Etat et du lynchage qui a été mis en oeuvre contre le professeur Didier Raoult, coupable aux yeux du pouvoir et de ses médias de ne pas se plier aux injonctions du nouvel ordre sanitaire. En publiant, le 22 mai, des conclusions négatives sur l’efficacité de la chloroquine contre le Covid-19, la prestigieuse revue médicale The Lancet a servi de prétexte au ministre de la Santé pour achever de marginaliser la forte tête marseillaise.

A la suite d’avis de l’OMS, du Haut Conseil de la santé publique et de l’Agence du médicament, Olivier Véran a pris la décision d’interdire le protocole Raoult, pourtant efficace dans son application précoce, aux dires de l’équipe de l’Institut hospitalo-universitaire de Marseille. Dès le 3 mai, le ministre avait déjà reproché à Raoult de n’être “pas très responsable”, notamment pour avoir assuré qu’il n’y aurait pas de seconde vague épidémique. Or, non seulement il n’y a pas de seconde vague, mais l’étude du Lancet se révèle être, selon des spécialistes, approximative et incohérente dans sa méthode. Une fois de plus, la morgue et l’autoritarisme du gouvernement donnent raison à ceux qui mettent en cause des pratiques claniques et mensongères de l’Exécutif.

De nombreux scientifiques s’interrogent désormais, notamment à travers une lettre ouverte aux auteurs, sur l’origine des données de cette étude et ses erreurs manifestes. Des soupçons liés au poids de l’industrie pharmaceutique, déjà évoqués par Marianne le 3 avril, se précisent. Dans Le Figaro du 30 mai, Didier Raoult évoque de possibles “manipulations hors du commun”, notamment pour placer sur le marché le Remdesivir, de la firme Gilead. Le propre rédacteur en chef du Lancet, Richard Horton, a soutenu cette idée dans un éditorial du 11 avril 2015 : “Une grande partie de la littérature scientifique, sans doute la moitié, pourrait être tout simplement fausse. Affligée d’études avec des échantillons réduits, d’effets infimes, d’analyses préliminaires invalidées et de conflits d’intérêt flagrants, avec l’obsession de suivre les tendances d’importance douteuse à la mode, la science a pris un mauvais tournant vers les ténèbres“.

Avant lui, la rédactrice en chef du New England Médical Journal, le docteur Marcia Angell, avait écrit en 2009 : “Il n’est tout simplement plus possible de croire un grande partie des publications de la recherche clinique ni de compter sur le jugement des médecins expérimentés ou des directives médicales faisant autorité“. Si la cabale du pouvoir contre Raoult devait se confirmer, il est à espérer que Véran aurait la dignité de démissionner. Quant à la meute médiatique, constatons pour l’instant son inhabituel silence…

Ivan Rioufol

Texte daté du 27 mai 2020 et repris du blog d’Ivan Rioufol