Marine Le Pen dénonce la faillite idéologique du système

Epidémie de coronavirus oblige, le traditionnel hommage rendu chaque 1er mai par le RN à sainte Jeanne d’Arc a pris cette année une forme un peu particulière. Loin évidemment de rassembler les foules habituelles, cloîtrées chez elles en raison des restrictions liées au confinement, il n’en aura pas moins été l’occasion pour Marine Le Pen de dénoncer avec beaucoup de justesse la « faillite idéologique » du système à tous les niveaux et d’appeler à un renouveau de notre pays basé sur la souveraineté, l’indépendance et l’unité.

Jeudy pris en flagrant délit de désinformation

Tôt dans la matinée, la présidente du RN, masquée et accompagnée de son vice-président Jordan Bardella, s’était quand même rendue devant la statue de Jeanne d’Arc, place des Pyramides à Paris, pour déposer aux pieds de la sainte une gerbe de fleurs, comme elle le fait chaque année. N’en déplaise au grand désinformateur de Paris Match Bruno Jeudy qui, jamais avare de « fake news », n’a pas hésité à qualifier ce déplacement de « cinéma » en affirmant que « Marine Le Pen, qui ne célébrait plus guère ces dernières années Jeanne d’Arc pour se distancier du FN de son père, la redécouvre en 2020 pour mieux se mettre en scène en masque » ! Une affirmation particulièrement stupide, parce que chacun aura pu vérifier sur Internet qu’elle était mensongère, mais à laquelle Marine Le Pen s’est contentée de répondre : « Vous voyez pourquoi vous avez un problème sérieux de crédit auprès des Français »…

Vers « la grande alternance » ?

Bref, plus intéressant que ces petites mesquineries de journalistes à la botte du système aura été le discours prononcé ce jour-là sur Facebook par la présidente du RN. Un discours choc, au cours duquel Marine Le Pen a notamment souligné que l’actuelle crise du coronavirus « joue comme un révélateur de nos propres défaillances ». Défaillances qui « ne sont pas seulement conjoncturelles mais structurelles ». Car, a-t-elle expliqué, « dans tous les carrés de jeu, l’Etat a failli ». Dressant alors la terrible et interminable liste des défaillances du gouvernement depuis le début de la crise, la présidente du RN a ainsi démontré que celle-ci scellait « la faillite idéologique de nos adversaires » à tous les niveaux : « faillite de la logique du profit appliquée à l’action publique », « faillite de l’idéologie ultralibérale », « faillite du mondialisme », « faillite du “sans-frontiérisme” », et enfin « faillite de l’européisme ». Rappelant que « le monde d’après ne pourra pas se faire avec ceux qui se sont tant trompés et surtout ont tant trompé les peuples au prix de la sécurité de tous », Marine Le Pen, soulignant au passage que ces gouvernants devront « un jour ou l’autre assumer leurs responsabilités », a alors appelé le pays à « la grande alternance », c’est-à-dire « à un authentique changement », basé sur « la souveraineté, l’indépendance et l’unité », « pour retrouver, avec la résilience nationale, les voies de la sécurité et de la grandeur ».

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 4 mai 2020