Génération Identitaire lance l’alerte, Castaner contraint de sermonner les imams, par Clément Martin (Les Identitaires)

Alors que la France n’en finit plus de compter ses morts, des musulmans profitent du confinement pour multiplier les provocations et occuper l’espace public. Les jeunes identitaires ne pouvaient pas les laisser faire sans réagir.

Des appels à la prière islamique envahissent l’Europe

Le 25 mars, jour de la fête de l’Annonciation, les évêques de France ont fait sonner les cloches des églises pour « demander à la Vierge Marie de remplir nos cœurs de foi, d’espérance et de charité » et plus généralement « pour manifester notre fraternité et notre espoir commun ». Au nom d’une prétendue solidarité interreligieuse et d’une forme d’égalitarisme, des islamistes en ont profité pour faire retentir l’appel à la prière musulmane (« l’adhan ») dans plusieurs villes de France.

A Lyon, l’appel lancé depuis le minaret de la Grande mosquée a suscité l’indignation de nombreux internautes. Rappelons que lors de sa construction, les responsables du lieu de culte avaient affirmé que le minaret ne devait « pas diffuser d’appel à la prière » (L’Express, 22/09/1994)…

Afficher une volonté d’entraide avec les Chrétiens est d’autant plus hypocrite que les autorités catholiques n’avaient même pas été informées de l’initiative de la Grande mosquée de Lyon. « Nous l’apprenons de votre bouche à l’instant » a expliqué l’évêché à Valeurs actuelles. Pire, aucune autorisation n’avait été demandée, alors même qu’aucune mosquée en France n’est autorisée à un tel prosélytisme.

Dans les jours qui ont suivi, cette attaque pernicieuse contre notre identité a été imitée par les mosquées de Montpellier, Strasbourg et Annonay. Dans le même temps, en banlieue, des appels à la prière ont été massivement diffusés depuis des appartements.

En quelques jours, les islamistes réalisent ainsi une percée symbolique majeure. Ce ne sont plus seulement les cloches qu’on peut entendre sonner dans toute la France, mais aussi les chants islamiques. Le but consiste à créer un précédent pour accoutumer les Français et, en définitive, leur faire accepter l’inacceptable.

Fort de ce succès dans l’hexagone, d’autres musulmans ont répliqué cet acte de conquête dans toute l’Europe : en Allemagne, à Duisbourg, Hanovre et Berlin (où des fidèles ont cru à un « miracle venu du ciel »), au Danemark ou encore aux Pays-Bas où près de quarante mosquées ont diffusé l’appel à la prière islamique.

Devant l’absence de réactions populaires ou étatiques, les islamistes se sont sentis pousser des ailes.

Génération Identitaire lance l’alerte

Dès la diffusion du chant du muezzin à Lyon, Génération Identitaire s’est mobilisé. Après une action massive sur les réseaux sociaux pour dénoncer ce scandale, Valeurs Actuelles s’est fait l’écho de notre révolte. Eric Zemmour s’est également indigné sur le plateau de Cnews et Marine Le Pen a écrit une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur pour lui demander de « faire cesser ces nuisances sonores par une stricte et rapide application de la loi et s’il le faut par des poursuites judiciaires ». Acculé, Christophe Castaner a alors expressément demandé aux imams « de trouver d’autres formes d’expression de leur solidarité et de cesser ces initiatives ». Le journaliste Bastien Lejeune ne s’y est pas trompé : il s’agit d’une « victoire pour les militants de Génération identitaire, puisque le premier flic de France interdit de fait à la mosquée de réitérer l’appel du 25 mars. »

Génération Identitaire enfonce le clou

Mais les jeunes identitaires n’entendaient pas en rester là. Le 20 avril, à l’aide d’un vidéoprojecteur, ils ont affiché un message clair sur le minaret de la Grande mosquée de Lyon : « Lyon, Strasbourg, Marseille, Allemagne, Espagne : Stop ! Le chant du muezzin ne résonnera pas en Europe ! ».

Le lendemain, la phrase « Il a fait taire le muezzin, pourquoi pas toi ? » a encore été projetée sur l’édifice musulman, en référence à une célèbre scène du film OSS 117 où l’espion incarné par Jean Dujardin se lève au milieu de la nuit pour aller « faire taire le muezzin » qui appelle à la prière dans la ville du Caire.

Le vendredi 24 avril, un dernier visuel a été projeté sur la mosquée avec le message suivant : « Pas d’islamistes dans nos villes : STOP aux appels publics à la prière islamique ».

On le voit, la vigilance des jeunes identitaires a porté ses fruits. Fidèles à notre vocation d’aiguillon politique, nous avons été en première ligne pour dénoncer cette nouvelle offensive des islamistes et alerter nos compatriotes. Non, en terre de France, l’Islam n’aura jamais les mêmes droits que le catholicisme, religion constitutive de notre identité. Comme le suggère l’avocat Thibault Mercier dans son ouvrage Athéna à la borne, entre discriminer et disparaître, nous avons fait notre choix. L’imam Kamel Kabtane avait relativisé l’importance de l’appel à la prière en affirmant que « le muezzin a fait un appel pour la première fois depuis 27 ans ». Il faut qu’il sache que ce sera aussi la dernière !

Clément Martin

Texte repris du site de : Les Identitaires