Crise sanitaire – Michel Onfray : « Le virus ignore les frontières, mais on va avoir des départements rouges et verts »

30/04/2020 – FRANCE (NOVOpress)
Michel Onfray pour « Front populaire« , sa nouvelle revue « pour les jours d’après » était l’invité d’André Bercoff mercredi 29 avril sur Sud Radio.

La gestion de la crise sanitaire a été du « tout et n’importe quoi« , selon Michel Onfray. « On ferme les frontières, puis on les ouvre, ou l’inverse, on ferme puis on ouvre les écoles, on ne porte pas de masques puis on les porte, on fête le 8 mai puis on ne le fête pas…« , déplore-t-il. « Chez Emmanuel Macron on dit une chose et son contraire et après débrouillez-vous« , s’indigne le fondateur de l’Université populaire de Caen. Il rappelle que dès le 28 janvier, sur un plateau de télévision, « j’ai fait fonctionner mon bons sens, si la Chine met sous cloche une ville de 15 millions d’habitants, c’est qu’il y a péril dans la demeure. Le régime chinois n’est pas à 10.000 morts près« , rappelle-t-il.

Le philosophe remarque que l’on disait que « le virus ne connaît pas les frontières« . « La grande idéologie maastrichienne« , reconnaît-là Michel Onfray. « On a laissé arriver une vingtaine d’avions chinois par jour pendant des jours et des jours« , dénonce-t-il. « On a fait tout ce qui fallait pour laisser contaminer les Français« , s’indigne l’auteur, pour qui « la stratégie aurait été de confiner« .

Michel Onfray conclut :

Le virus ignore les frontières, mais on va avoir des départements rouges et verts. On découvre qu’il y a des frontières et qu’on peut contenir le virus avec des frontières