En 2003, Didier Raoult avait remis un rapport – ignoré par les autorités – sur le «risque d’apparition de mutants de virus respiratoires»