Belloubet achète la paix dans les prisons

Voilà ce qu’on appelle une magistrale volte-face. Alors qu’elle affirmait encore le 17 mars dans 20 Minutes qu’elle n’était « pas du tout dans l’optique » de permettre la libération des détenus les « moins dangereux » afin de limiter les risques de propagation du coronavirus dans les prisons françaises, Nicole Belloubet, visiblement impressionnée par la multiplication des mutineries et par l’extrême violence de certaines d’entre elles, a opéré lundi un virage à 180° en autorisant la remise en liberté de… 5 000 détenus !

Les prisons à feu et bientôt à sang

Limoges, Draguignan, Lille-Sequedin, Marseille, Roanne, Aix-Luynes, Varennes-le-Grand, Meaux, Nantes, Carcassonne, Moulin, Fleury-Merogis… Au cours du seul week-end dernier, ce ne sont pas moins d’une quinzaine d’établissements pénitentiaires français qui ont été secoués par de violents incidents et des mutineries nécessitant l’intervention des forces de l’ordre et des équipes régionales d’intervention et de sécurité. Parmi les plus spectaculaires, on citera la mutinerie survenue dimanche soir au centre de détention d’Uzerche (Corrèze), où quelque 200 détenus déchaînés, après avoir refusé de réintégrer leurs cellules, ont réussi à prendre le contrôle de deux bâtiments, et, pour une quarantaine d’entre eux, à monter sur les toits. Une mutinerie particulièrement violente, qui s’est accompagnée de très nombreux départs de feu et du saccage de 250 cellules. Ce qui a d’ailleurs contraint l’administration pénitentiaire, après la difficile reprise en main de l’établissement par les gendarmes mobiles et les ERIS, à opérer toute la nuit des extractions de détenus vers d’autres prisons de la région Aquitaine. Présent sur les lieux lors ces événements, Dimitry Frère, de l’Ufap-Unsa Justice, devait même évoquer « des scènes de guerre »… Autre site qui aura vu dimanche un impressionnant déchaînement de violence : la prison de Maubeuge, où près d’une centaines de mutins, qui s’étaient visiblement mis d’accord via des réseaux sociaux de type Snapchat, ont arraché les grillages qui séparaient les chemins de promenade et les chemins de ronde, brisé les vitres des bâtiments auxquelles ils ont accès, et jeté des objets enflammés dans les trappes d’exfiltration d’air avec la volonté de mettre le feu aux bâtiments. Enfin, on notera qu’à Longuenesse, dans le Pas-de-Calais, s’ils n’ont par réussi à incendier les bâtiments, les détenus insurgés ont bombardé de projectiles les surveillants dont aucun, heureusement, n’a été blessé.

Le cadeau de Belloubet aux détenus

Officiellement responsables de ces violences et de ces tensions qui règnent depuis maintenant plusieurs jours (voir Présent du 19 mars) dans une grande partie des 188 établissements pénitentiaires français, la crainte des détenus d’être contaminés, et surtout l’annonce, le 17 mars, de la suspension des parloirs, décidée précisément pour éviter les contaminations. Afin de calmer les esprits, Nicole Belloubet s’était pourtant empressée d’annoncer jeudi dernier la mise en place de plusieurs mesures pour compenser cette suppression provisoire, dont la possibilité pour chaque détenu de bénéficier d’un crédit de 40 euros par mois lui permettant de téléphoner deux heures par semaine avec sa famille contre une durée de parloir hebdomadaire de 45 minutes. Mais aussi la gratuité de la télévision durant toute la période du confinement, ou encore la possibilité pour les détenus les plus démunis de bénéficier d’une aide majorée de 40 euros par mois leur permettant notamment de cantiner. Autant de mesures qui, cependant, n’auront pas suffi à calmer les esprits. C’est que, comme l’expliquait Thierry Not, secrétaire adjoint régional du syndicat Ufap-Unsa, « la crainte du coronavirus et la suppression des parloirs ont joué, mais il y a aussi une forme de challenge entre détenus et établissements visant à tout casser ». Par ailleurs, confiaient certains surveillants, la suspension des parloirs, dans nombre de prisons françaises, cela signifie aussi la fin de divers trafics, et notamment de stupéfiants…

Parallèlement, les prisons françaises étant surpeuplées, le ministre de la Justice, dans le cadre du confinement, avait aussi annoncé avoir « demandé aux juridictions de différer la mise à exécution des courtes peines d’emprisonnement », mesure qui, selon elle, a réduit ces derniers jours à « une trentaine d’entrées en prison quotidiennes contre plus de 200 habituellement ». En revanche, interrogée par les journalistes de 20 Minutes au sujet de la proposition de Martine Herzog-Evans, présidente de la Confédération francophone de la probation, de libérer les détenus les moins dangereux pour éviter le risque sanitaire, Belloubet avait alors répondu tout net : « nous ne sommes pas du tout dans cette optique-là ! » Or, moins d’une semaine après, coup de théâtre : prenant la loi sur l’état d’urgence sanitaire pour prétexte, le ministre annonçait vendredi sur France TV Info « travailler d’une part sur les détenus malades, qui ont d’autres maladies que le coronavirus, et d’autre part sur les personnes à qui il reste moins d’un mois de détention à faire », ajoutant que « nous pouvons procéder là à leur retrait des établissements ». Officialisée lundi lors d’une réunion en visioconférence réunissant Belloubet et les responsables des syndicats pénitentiaires, cette décision devrait permettre à quelque 5 000 détenus en fin de peine d’être remis en liberté dans les prochains jours ! Et cela, sans aucun aménagement de type « bracelet électronique » puisque, a précisé l’administration, les techniciens ne travaillent pas pendant le confinement… Ô, bien sûr, à la chancellerie, on relativise cette libération massive, en expliquant que cette mesure ne concernera que les personnes condamnées « pour des délits mineurs », ou encore que ce chiffre de 5 000 n’est pas encore certain. Mais la pilule a tout de même du mal à passer auprès des syndicats de surveillants, qui réclament en vain depuis des semaines du matériel de protection afin de pouvoir continuer de mener à bien leur mission.

Franck Deletraz

Article paru dans Présent daté du 25 mars 2020