Coronavirus, islamisme, chômage : l’État s’en lave les mains

Le Gouvernement français, après des semaines d’inaction coupable, a décidé de prononcer la fermeture de la majorité des lieux accueillant du public. Il y a quelques jours – avant cette décision donc -, Michel Geoffroy rédigeait un texte qui reste aujourd’hui d’actualité.

L’épidémie de coronavirus ? Elle est « inexorable », selon Emmanuel Macron[1], « inévitable »,selon la porte-parole du gouvernement[2]. L’immigration ? On ne peut pas l’arrêter, selon la ministre de la Justice. La radicalisation islamiste ? « L’État est impuissant face à la radicalisation de ses agents », titre Le Figaro[3]. Le chômage ? On sait depuis François Mitterrand que l’on a « tout essayé »contre lui sans succès…
Chaque jour ajoute à la triste litanie de l’impuissance publique, du « merdier français », comme l’écrit sans fard I. Rioufol[4].
Depuis 2017, la France se trouve en tête des pays de l’OCDE pour le poids des impôts, mais on se demande quand même à quoi sert tout cet argent. Manifestement pas à affronter les problèmes qui assaillent la France périphérique.

Qu’elle se débrouille !

L’État s’en lave les mains

Pour lutter contre l’épidémie – puisqu’on a enfin accepté d’utiliser ce terme –, le gouvernement et ses médias préconisent de se laver les mains et d’éviter d’éternuer en public. Comme, par temps de canicule, les mêmes nous recommandaient de nous hydrater souvent. L’imagination est bien au pouvoir.

Quel symbole que ce lavage cathodique de mains face au coronavirus !

L’État, tel Pilate, se lave les mains de nos malheurs – chômage de masse, pauvreté, insécurité, désertification, immigration, islamisation, virus – parce que les frontières doivent rester ouvertes en Europe, et la France macronienne ne saurait transiger avec cette « valeur » imprescriptible.

Et parce que l’État a été rendu impuissant au nom de l’idéologie néo-libérale, libertaire et immigrationniste. Et à cause des transferts de souveraineté au profit de la Commission européenne, donc des lobbies et des minorités.

Débrouillez-vous !

Utilisateurs du métro, vous avez déjà entendu ce refrain : « Des pickpockets sont susceptibles d’agir dans cette station : soyez vigilants ; surveillez vos effets personnels. » En d’autres termes, les autorités vous ont prévenus, débrouillez-vous avec les racailles ! Puisque de toute façon, si on devait les arrêter, elles seraient relâchées pour cause de minorité…

Des islamistes dans la fonction publique ? Attention, pas d’amalgame avec l’islam, « religion de paix et d’amour », comme le déclare le secrétaire d’État auprès du ministre de l’Intérieur. Pas d’islamophobie !

M. Castaner nous explique donc que, dans la police, sur « 110 cas signalés »pour radicalisation islamiste depuis le 3 octobre, « 73 cas ont été classés »et« 2 agents ont été écartés[5]». Circulez !

D’autant que bientôt « nos » djihadistes sortiront de prison : la ministre de la Justice a annoncé que 43 détenus djihadistes seraient libérés cette année après avoir purgé leur peine, et une soixantaine en 2021[6].

À l’évidence, cela ne semble pas l’émouvoir outre mesure, « état de droit » oblige.L’islamisme ? On s’en lave les mains.

Pour lire la suite, c’est ici !